Le comité de développement stratégique Charleroi-Sud Hainaut, qui groupe ce qu'on appelle couramment les forces vives, s'est réuni vendredi matin sur l'Aéropole de Gosselies (Charleroi) pour évoquer le plan de restructuration annoncé au sein de l'usine Caterpillar.

Jeudi soir, il avait été désigné par le gouvernement wallon pour jouer le rôle de task force. Le comité, qui compte dans ses rangs des représentants politiques, patronaux et syndicaux, a écouté vendredi matin les syndicalistes en charge du dossier Caterpillar. "A l'issue de la réunion, nous avons décidé de demander une série d'éclaircissements aux responsables de l'entreprise Caterpillar", a affirmé Michel Martin, le président du comité de développement stratégique.

Les membres qui composeront la task force seront connus début de semaine prochaine. Elle sera une émanation du comité de développement stratégique et comptera donc des représentants tant politiques que patronaux et syndicaux. "L'objectif des démarches que la task force va entreprendre auprès de la direction est d'éclaircir un certain nombre de points liés notamment à l'avenir du site, au-delà de 2015", a indiqué Michel Martin.

Le travail a repris chez Caterpillar Belgium

Le travail a repris vendredi matin dans les ateliers et les bureaux de l'entreprise Caterpillar Belgium à Gosselies (Charleroi). Les syndicats ont donné consigne aux travailleurs de rejoindre normalement leurs postes après l'annonce jeudi d'un plan social visant 1.400 emplois directs (1.100 ouvriers et 300 employés).

Un comité restreint rassemblant notamment les délégués syndicaux principaux se réunira lundi pour baliser le programme des prochaines semaines. "Nous testerons avant tout dans les prochains jours la volonté de la direction de négocier", a affirmé Roger Lenoble, délégué CSC.

Si l'attitude de la direction ne satisfait pas les syndicats, ceux-ci pourraient à terme décider de mener des actions. Pour l'heure, toutefois, ils ont appelé à la modération.