Au terme d'un week-end entier de négociations, menées avec un conciliateur social afin d'apaiser les tensions, les syndicats ouvriers et la direction de Caterpillar Gosselies sont parvenus à un préaccord dans les négociations du plan social, lundi à l'aube. En voici les détails. 

Précisons que tous les montants mentionnés sont en brut.

  1. Le socle de base de la prime a été négocié à 30 000 euros. Pour les travailleurs ayant moins de 15 ans d'ancienneté, on ajoutera une prime de 2250 euros par année d'ancienneté. Pour ceux ayant plus de 15 ans d'ancienneté, ce sera 2500 euros.
  2. A ces montants s'ajoutent plusieurs primes. Une prime de 3255 euros liée à des objectifs de production, que l'on peut voir comme un incitant à assainir une situation envenimée. L'entreprise est en effet sous le coup d'une mise en demeure de sa maison-mère de reprendre la production et les expéditions d'ici au 7 mars, sous peine de rupture de contrat. Le travail d'assemblage d'engins de chantier restant à faire à Gosselies est, de source syndicale, "largement faisable. Tout le monde devrait pouvoir bénéficier de cette prime". Il y aura aussi une prime de certification de 710 euros liée à la réussite en équipe des objectifs de qualité clients.
  3. C'est un prescrit légal : chaque ouvrier recevra 153 euros en tant que prime de fermeture d'entreprise. Ce montant sera doublé pour les ouvriers âgés de plus de 45 ans. Les syndicats ont obtenu que cette prime soit obtenue en plus du socle légal.
  4. L'âge de la prépension est fixé à 55 ans; le gouvernement fédéral n'ayant pas accepté de l'abaisser davantage (à 52 ans et demi comme le réclamaient les syndicats). Les travailleurs malades de longue durée pourront eux aussi en bénéficier au même âge.

Résumons en exemples : le plus jeune et nouvellement arrivé dans l'entreprise ouvrier de Caterpillar Gosselies partira avec 34 000 euros. Un ouvrier de 32 ans avec 7 ans d'ancienneté percevra 15 000 euros de préavis légal et 50 000 euros d'indemnités extralégales, soit 65 000 euros. Un travailleur avec 30 ans d'ancienneté et âgé de 52 ans aura 59 000 euros de préavis légal et 109 000 euros d'extralégal, un total de 168 000 euros (l'équivalent de 4,2 ans de préavis).

Pour la direction locale, "Dans ces négociations, toutes les parties ont cherché à aboutir à une solution. Et tout le monde en a compris les enjeux. C'est un accord qui contient beaucoup d'éléments techniques, ce qui va donc demander qu'il soit bien expliqué".

Une source syndicale fait état d'un plan "dans la bonne fourchette et supérieur à celui de Ford Genk ou BMW. Il est acceptable, même si ce ne sera jamais satisfaisant puisque 2200 personnes vont perdre leur emploi, dans une région fortement touchée par le chômage. Nous avons obtenu plusieurs milliers d'euros par personne en plus de ce qui était sur la table au départ. Nous sommes allés humainement jusqu'au bout du processus, en ne laissant aucun travailleur sur le carreau".

Ce préaccord conclu de haute lutte a été présenté lundi aux ouvriers lors d'assemblées du personnel. Mardi, ils pourront poser leurs questions aux représentants syndicaux. Mercredi, les ouvriers pourraient voter pour ou contre cet accord. Un référendum est prévu mais il pourrait ne pas avoir lieu. "Avant de voter, les ouvriers attendront probablement que les syndicats employés aient eux aussi leur préaccord (les négociations auront lieu jeudi et vendredi, NdlR) afin de présenter un accord total à la direction", explique un représentant syndical.