Un abonnement gratuit jusqu'à 21 ans? Avec SMS, chats, MSN et mails compris? C'est l'offre imbattable de CelBel qui se présente comme un nouvel opérateur téléphonique se testant sur le marché belge.

Derrière cette poudre aux yeux, se cache en fait une campagne qui vise à mettre en garde les jeunes contre les dérives commerciales en ligne. Le projet entre dans le cadre plus vaste d'un programme européen, «Safer Internet», géré en Belgique par le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc). Ce dernier a demandé à Edge Communications d'élaborer une stratégie de communication propre à un public cible de 14-18 ans. «C'est un coeur de cible difficile à toucher, car hyperdiversifié», explique Vanessa van de Borne de chez Edge. «Notre but était justement d'atteindre un maximum de jeunes».

Au lieu de se limiter à un simple site de prévention, le Crioc et Edge ont imaginé un système de leurre pour montrer aux jeunes qu'ils ne maîtrisent pas l'Internet comme ils le croient trop souvent. «Nous avons mis au point un gentil piège pour leur donner une bonne leçon», poursuit Vanessa van de Borne. Le piège en question, c'est une offre de téléphonie mobile des plus aguicheuses. Les jeunes la découvrent via toutes les techniques actuelles de publicité sur le Net. Des banners au mailing en passant par MSN et les forums, le faux opérateur a eu droit à une vraie campagne de promo.

En arrivant sur le site Web de CelBel, l'intéressé rentre un certain nombre de données puis valide son inscription. Il reçoit alors immédiatement un e-mail, lequel lui apprend le piège qui lui a été tendu. Le message lui propose de se diriger vers le site «web4me», une centrale d'informations sur les dérives de l'Internet. «Notre objectif est d'aller chercher les jeunes partout, de leur prouver leur vulnérabilité face à Internet, et de leur fournir aussitôt un outil d'information», résume Vanessa van de Borne.

Des velléités qui semblent payer puisque 1 200 jeunes se sont fait piéger en une semaine. Autre satisfaction, ceux qui ont par la suite visité le site «web4me» se sont en moyenne attardés sur quatre pages.

CelBel, un outil de prévention judicieux bien décidé à guérir le mal par le mal.

© La Libre Belgique 2006