Les propriétaires de panneaux photovoltaïques vont-ils subir une réduction du mécanisme de soutien en cours de route ? Pour rappel, les membres de la majorité wallonne ont arrêté quelques grands principes dans le délicat dossier énergétique (LLB du 19/03). Mais alors qu’un changement des règles en cours de route paraissait exclu, il semblerait que cette option ne soit plus considérée comme un tabou. Selon certaines sources, le prix minimum garanti du certificat vert pourrait, en effet, passer de 65 à 40 euros. Le prix de 65 euros serait maintenu pour les propriétaires de panneaux qui attendent un certain nombre d’années avant de vendre leurs certificats. Le but est de désengorger le marché afin que le prix des certificats remonte et qu’Elia ne soit plus obligé de les racheter. Le gestionnaire du réseau d’électricité a commencé à facturer à l’ensemble des ménages wallons le surcoût de cette obligation de rachat. Après la prochaine augmentation des tarifs d’Elia, qui devrait intervenir dans quelques semaines, le surcoût devrait être de 89 euros par an pour un ménage wallon moyen.

La Cwape, le régulateur wallon de l’énergie, a évalué à 2,5 milliards d’euros d’ici 2027 la facture du boom des installations photovoltaïques. Ce mardi, Rudy Demotte, le chef du gouvernement wallon, a évoqué un chiffre encore plus important : 2,8 milliards d’euros. Pour diminuer la note, le gouvernement plancherait donc sur une révision du système actuel. "C’est une petite bombe, a réagi Willy Borsus (MR), député de l’opposition. Pour la première fois, on va s’attaquer aux personnes qui ont déjà installé des panneaux. Des familles comptaient sur les certificats verts pour faire face à leurs charges d’emprunt mais le gouvernement pourrait renier son engagement". Ce jeudi, les ministres du gouvernement wallon sont censés présenter l’accord détaillé sur le dossier énergétique. On devrait donc savoir si le mécanisme actuel des certificats verts sera bel et bien réduit pour les personnes qui ont déjà investi dans le photovoltaïque.

"Une exonération inapplicable"

Par ailleurs, les membres du gouvernement wallon se sont mis d’accord pour mettre en place une tarification progressive de l’électricité. Une partie de la facture d’électricité serait donc "exonérée" et non plus "offerte". Jean-Marc Nollet, le ministre wallon de l’Energie, affirme que cette mesure profiterait aux 75 % de la population qui consomment moins de 5000 kWh d’électricité. Et comme la mesure est neutre, les 25 % qui consomment plus paieraient pour les autres.

"C’est un système coûteux et presque inapplicable, estime Willy Borsus. Parmi ceux qui consomment moins de 5 000 kWh, il y a des personnes qui ont déménagé, des secondes résidences. Parmi les gros consommateurs, il y a de nombreuses exceptions : les propriétaires de pompes à chaleur, les indépendants, les familles recomposées, les propriétaires de radiateurs électriques. En fonction de ces exceptions, la moitié des Wallons verra sa facture augmenter et l’autre moitié sera pénalisée". Le député wallon estime que le projet d’accord énergétique passera donc difficilement ce jeudi en raison de la complexité des éléments à prendre en compte.