Quel bilan tirer des deux mois de vacances?


Des Belges surtout attirés par les activités proposées à l’extérieur

L’ Horeca et le tourisme dans les Ardennes belges se disent très satisfaits de cet été 2013" , déclare d’entrée de jeu le Syndicat des indépendants et des PME (SDI) qui a mené l’enquête auprès du secteur hôtelier et touristique dans la région. "Des taux d’occupation record ont été enregistrés à Dinant et Durbuy, de 90 à 95 % selon les périodes. Quelques grandes villes touristiques comme Dinant, Durbuy, mais aussi Bouillon, Hotton, La Roche-en-Ardenne, Marche, Bastogne, ont été passées au crible et les résultats sont satisfaisants voire en hausse par rapport à l’été 2012."

"Bel été" , qualifie pour sa part Michel Vankeerberghen. Et le directeur de l’ASBL Attractions et Tourisme, l’association professionnelle des attractions touristiques en Wallonie et à Bruxelles, qui en regroupe près de 250 (parcs d’attraction, musées, grottes, châteaux, etc.), de préciser : "En juillet, nous avons enregistré une hausse de la fréquentation par rapport à 2012. Un juillet aussi beau et aussi chaud, c’est tout à fait extraordinaire. On aurait même fait un mois de juillet assez record… si on avait été avant 2008. On est en période de crise. Les activités extérieures ont vraiment bien fonctionné mais le niveau des dépenses connexes comme les souvenirs ou la restauration est en baisse. Les gens font attention à leurs achats. Ils dépensent, mais moins qu’avant." La crise, les acteurs du secteur en ont senti les premiers effets en 2010 et des effets plus marqués en 2011, 2012 et cette année. "La façon de dépenser est différente", commente la responsable de la maison du tourisme de Hotton. Les touristes favorisent les sites à entrée gratuite, pointe le SDI, optent pour les formules d’hébergement de deux jours à prix attractif, les couplées séjours-visites, les "last minute" ou les prix plus doux des "mid-weeks".

Sur le terrain, l’ASBL Attractions & Tourisme constate que les activités extérieures comme les descentes en kayak ou les domaines avec piscine extérieure ont eu beaucoup de succès en juillet. Les Belges avaient besoin de se défouler après un printemps pluvieux. A l’inverse, les activités intérieures ont subi le contrecoup du beau temps et de la chaleur ambiante. Pour ce mois d’août qui se termine dans quelques jours, la météo était moins résolument orientée "soleil" mais la fréquentation reste satisfaisante avec un mieux du côté des activités intérieures. Difficile de dire, pour l’heure, si le mois est meilleur qu’août 2012, qui avait connu une météo favorable pendant la deuxième partie du mois.

Au final, "je pense que l’été sera globalement meilleur que l’an passé" , résume Michel Vankeerberghen, "mais il faut voir s’il va permettre de rattraper ce qui a été perdu au cours des six premiers mois de l’année" . On en saura plus en septembre. Et à la fin de la saison estivale, en octobre, car certains sites accueillent encore de nombreux visiteurs après la rentrée.


La côte belge repêchée par les "last minute"

Pas encore de statistiques fermes et définitives (elles tomberont au mieux fin septembre), mais une tendance ; ou plutôt un retournement de tendance : le pessimisme qui prévalait dans les agences immobilières de la mer jusqu’à la fin du mois de juin a fait place, dès le début du mois de juillet, à un optimisme relatif, transformé début août en une quasi-euphorie. Le bilan des locations saisonnières semble en effet avoir été repêché par les "last minute".  "Juillet, malgré le beau temps, restera un mois difficile en matière de location,  explique Jan Jassogne, administrateur délégué de la CIB Côte (Confédération des immobiliers de Belgique).  Les réservations de dernière minute ont permis de remplir une partie du vide, mais au final, juillet se clôturera sur un recul d’au moins 10 % par rapport à juillet 2012. Août, qui est généralement plus réceptif aux courts séjours décidés tardivement, a bien performé. On n’affiche pas complet, mais, avec ce que l’on remplit encore cette semaine, on bouclera sans doute le mois en hausse de quelques pourcents."

Pour avancer ce bilan, Jan Jassogne se base sur les résultats de ses deux agences et sur les commentaires de ses collègues, pimentés d’impressions sur l’ambiance générale.  "Après le 15 août, il n’y a plus foule sur la côte. Mais cette année, il y a du monde. Même cette semaine,  convient-il.  Tous ne sont pas locataires ; il y a aussi des propriétaires de secondes résidences et des vacanciers d’un jour ; mais ça bouge."

Même si… on ne dépense pas assez, du moins aux yeux des commerçants. Ceux-ci s’en sont plaints dans une enquête réalisée par l’Unizo, l’union d’indépendants flamande. De nombreux restaurateurs ont indiqué que les touristes achetaient un sandwich plutôt que de se rendre au restaurant ; ou ne prenaient qu’un plat. Voire même que de nombreux parents achetaient une glace que les enfants devaient se partager.

Cette année, s’ils se sont serrés la ceinture en matière de sorties, cela n’a pas joué sur leur abri côtier : cela fait des années que les vacanciers écourtent leur séjour à la côte tout en les multipliant (plusieurs longs week-ends ou courtes semaines plutôt que la traditionnelle quinzaine de juillet) ; cette année, ce fut pareil.  "Sans se rabattre sur les 2 étoiles",  conclut Jan Jassogne .


Nouvelles attractions et soleil: cocktail gagnant

"On a connu un bel été et le mois d’août est le meilleur depuis plusieurs années, avec notre dernière nocturne le 17 août pendant laquelle nous avons accueilli 16 000 personnes" , entame Caroline Crucifix, responsable de communication du parc Walibi. "Meilleur que juillet aussi, qui fut à deux vitesses pour nous avec l’ouverture, au milieu du mois, du Psyké Underground", la nouvelle version de la Turbine, ex-Sirocco. "Ce fut l’affluence à partir de l’ouverture. Elle s’est d’emblée retrouvée dans le Top 5 des attractions les plus fréquentées du parc, seule attraction à sensations parmi les attractions familiales." Temps au beau fixe et nouvelle attraction : le cocktail gagnant. Même duo favorable à Bellewaerde qui compte Huracan, un "coaster familial" (montagnes russes) devenu la préférée du public, et de nombreuses naissances parmi les animaux depuis le début de la saison. "Eté plus que positif", "réel succès", indique le parc, et une hausse des visiteurs de plus de 13 %.

Enthousiasme aussi à Bobbejaanland :  "Durant les mois d’été, les résultats ont systématiquement surpassé nos attentes" , déclare Peggy Verelst, la directrice commerciale.  "Lorsque les conditions météo étaient peu favorables, le public a clairement préféré reporter sa visite plutôt que de l’annuler. Les trois soirées estivales se sont avérées de grands succès, tout comme les deux spectacles."

Plopsaland De Panne, qui affiche deux nouveautés (la zone viking avec 2 attractions et un nouveau théâtre), aura vu défiler environ 530 000 visiteurs pendant les vacances d’été, soit 4 % de plus qu’en 2012 et  "deuxième meilleur été après 2011" . Plopsa Coo est en statu quo avec 220 000 visiteurs.

Enfin, pour Mini-Europe, juillet  "restera comme le meilleur mois depuis vingt ans avec un nombre de visiteurs en croissance de 16 % par rapport à la même période de 2012" . Une hausse qui perdurait au 25 août. Avec  "beaucoup de visiteurs belges qui ont tenu à venir découvrir le parc ou le revisiter une dernière fois" , souligne le site, faisant allusion à la saga Ville de Bruxelles contre Mini-Europe et Océade. Les concessions étant prolongées jusque fin 2016, Thierry Meeus, administrateur délégué, s’emploie depuis lors à faire revenir groupes et tour-opérateurs au parc de monuments miniatures qui abrite désormais une maquette de l’église Saint-Marc de Zagreb.