Entreprises & Start-up

La Cour suprême des Etats-Unis a infligé lundi un camouflet à Apple en autorisant des consommateurs à poursuivre le groupe californien pour sa gestion de sa plate-forme de téléchargements d'applications App Store. Le temple du droit américain a rendu cette décision, susceptible d'avoir des conséquences économiques importantes pour tous les géants des nouvelles technologies, à une courte majorité (cinq magistrats sur neuf).

Des détenteurs d'iPhone avaient déposé plainte en 2011 contre la marque à la pomme qu'ils accusent de profiter de sa position monopolistique sur la vente des applications, uniquement disponibles via l'App Store.

Apple prélève une commission de 30% sur l'achat d'applications conçues par des développeurs indépendants, ce qui au final renchérit leur prix de vente et pénalise les consommateurs, relèvent-ils.

Apple, soutenu par les autres géants californiens Amazon, Facebook et Google, avait plaidé n'être qu'un intermédiaire. Pour lui, les propriétaires d'iPhone pouvaient seulement se retourner contre les développeurs des applications, quitte à ce que ces derniers engagent ensuite des poursuites contre Apple.

La Cour suprême a rejeté lundi ces arguments.