L’aéroport de Charleroi serait-il en train de faire un pied de nez à la crise qui frappe le secteur aéronautique ? En tout cas, les chiffres dont "La Libre" a eu connaissance semblent indiquer que BSCA, la société gestionnaire de la plate-forme carolo a réalisé de bons résultats durant le premier trimestre 2009. Certes, celle-ci prévoyait, dans son budget, d’accueillir sur son tarmac 740 932 passagers durant les trois premiers mois de l’année, mais n’en a vu passer que 720 591 à l’arrivée dont 294 536 pour Ryanair (270 228 en 2088), soit une baisse de 2,7 %. Mais elle affiche des produits d’exploitation en hausse de 4,8 % à 8,76 millions d’euros pour le premier trimestre 2009 par rapport au montant budgété (8,36 millions). L’an dernier, elle a réalisé des produits d’exploitation de 7,2 millions d’euros pour le premier trimestre. C’est principalement les redevances aéronautiques qui sont en augmentation. La société avait budgété une rentrée de 421681 € pour le premier trimestre 2009 et a finalement comptabilisé dans ses caisses près de 461000 €, en hausse de 9,3 %. Les recettes tirées des concessions commerciales ont également augmenté (+ 7,3 % par rapport aux prévisions), de même que les locations de bureaux (+ 5,6 %). Le poste "autres produits d’exploitation" affiche un montant de 506101 € réalisé pour le premier trimestre, alors que les dirigeants avaient prudemment prévu 382 667 dans leur budget.

Dans le même temps, les charges d’exploitation ont diminué de 5,9 % par rapport aux prévisions (8,58 millions d’euros), notamment l’achat de biens et de services divers (-4,7 %) et les rémunérations et charges sociales (-3,6 %). En 2008, ses charges d’exploitations étaient de 7,1 millions d’euros pour le premier trimestre contre environ 8,08 millions d’euros pour la même période en 2009. Les réductions de valeurs ont été moins importantes que prévu durant les trois premiers mois : montant de 7500 € noté dans le budget contre 92 € réalisé. A l’arrivée, BSCA qui avait budgété une perte de 241050 € réalise, in fine, pour le premier trimestre un bénéfice net de 831964 € (110658 € en 2008). Le profit avant impôts s’élève à 615463 € (167638 € en 2008) contre la perte de 241050 € budgétée. Ce qui fait dire à certains observateurs que "l’ex-CEO Marcel Buelens n’avait pas si mal travaillé que ça, mais il a fait l’erreur de ne pas approuver le choix de la Région wallonne dans le cadre de la privatisation partielle de BSCA".

Les résultats financiers du premier semestre sont encore en cours d’élaboration, mais à fin juin 2009, l’aéroport de Charleroi a vu passer sur son tarmac 1 729 180 passagers contre 1 384 501 passagers pour la même période en 2008, "soit une hausse de près de 25 %. Rien que pour juin 2009, nous avons accueilli 344 678 passagers contre 246 982 passagers à fin juin 2008 (+ 40 %)", se réjouit David Gering, directeur du développement de la société. Dans le même temps, selon nos informations, de nouvelles compagnies aériennes amorcent leur atterrissage à Charleroi. Air Méditerranée aurait dû démarrer ses activités en ce début juillet, mais la compagnie aurait reporté le début de ses activités (vers le Maghreb) sur le tarmac carolo à la fin du mois. Des discussions seraient en cours avec Air Pegasus et l’ex-VLM (aujourd’hui City Jet) pour relier London City dans le cas de l’ex-VLM, désormais filiale d’Air France-KLM. "Nous annoncerons de bonnes nouvelles dans les prochains jours, mais tant que rien n’est signé, on ne peut rien dire", nous a indiqué David Gering. Il rappelle que depuis le 23 juin, Air Arabia réalise des vols quotidiens (6 vols par semaine pour Jet4You) vers Casablanca, alors que la compagnie avait démarré avec 4 vols hebdomadaires.

Sur le tarmac de Liège Airport, c’est plutôt la crise. Liège Airport, la société gestionnaire de la plate-forme de la Cité ardente, dit avoir accueilli environ 130 000 passagers durant le premier semestre 2009, soit "pratiquement le même chiffre que l’année dernière", dit Luc Partoune, directeur général de Liège Airport. Le trafic cargo affiche un total d’environ 212 000 tonnes, en baisse de près de 22,7 % par rapport à la même période en 2008. "Nous sommes en train de rattraper notre retard, car nous étions à - 27 % en janvier 2009", dit-il. Depuis deux mois, une compagnie aérienne effectue une escale sur le tarmac liégeois dans le cadre d’un vol charter entre l’Albanie et New York, mais ce n’est pratiquement rien.

Les dirigeants liégeois risquent de clôturer l’année 2009 dans le rouge d’autant plus que Cargo B qui devrait démarrer ses activités en août vient de cesser ses activités. "C’était un client sur lequel nous comptons. Mais Bel Air qui vient de remplacer son BAe 146 par un Airbus 320 continue sa croissance chez nous", conclut Luc Partoune.