Après les chiffres de fréquentation publiés récemment, c’est l’heure du bilan financier de Brussels South Charleroi Airport (BSCA), la société gestionnaire de l’aéroport carolo. Malgré la crise qui frappe le secteur aérien, les dirigeants de l’aéroport peuvent s’enorgueillir d’avoir réalisé une bonne année 2009, au-delà des espérances. En effet, les chiffres quasi définitifs indiquent que BSCA a réalisé un bénéfice avant impôts de 6,315 millions d’euros et va verser à l’administration fiscale un écot de 2,1 millions. Au final, le gestionnaire de la plate-forme carolo affiche un bénéfice net d’environ 4,21 millions d’euros. "Ces chiffres témoignent du succès de la politique aéroportuaire de la Région wallonne. Dans le ciel morose du trafic aérien, l’aéroport de Charleroi est le seul site qui progresse en Belgique et va d’ailleurs payer des impôts au fédéral. Ce qui confirme d’ailleurs qu’une taxe sur les billets d’avion que le fédéral voulait instaurer est largement injustifiée, elle ne fera que freiner le développement des aéroports", nous a confié le ministre wallon André Antoine (CDH), en charge de la politique aéroportuaire. Au niveau des passagers, Charleroi a vu passer sur son tarmac près de 3 937 187 voyageurs en 2009 (+ 33 % par rapport à 2008). "C’est une récompense pour toute l’équipe et un signe encourageant vu la difficile année 2009 que le secteur a connue. J’espère que ces chiffres donneront confiance au nouvel actionnaire. Il saura que BSCA est une société qui marche bien", renchérit Jean-Jacques Cloquet, le CEO ad interim de BSCA.

Le bilan financier de l’aéroport réjouit d’autant plus les dirigeants que les chiffres dépassent les prévisions du plan d’affaires de Save, le partenaire italien qui a racheté 27,66 % du capital de BSCA en s’alliant avec le Holding communal. En effet, le plan prévoyait un profit avant impôts de 4,88 millions d’euros (6,315 millions de réalisé) et un résultat net de 3,26 millions d’euros (4,21 millions). Dans le même temps, les coûts sont maîtrisés dans la mesure où les prévisions du plan les avaient évalués à 51,85 millions d’euros et qu’à l’arrivée, BSCA n’a assumé des charges que pour 49,15 millions d’euros, soit environ 2,44 millions d’euros de moins. Les prestations de handling réalisé par BSCA s’élèvent à près de 12 millions d’euros et les concessions de bureaux ont rapporté environ 1,11 million d’euros. Les concessions commerciales ont généré des recettes de 17,92 millions d’euros. Les redevances aéronautiques ont contribué aux résultats pour un montant de 2,45 millions d’euros.

Avec ces bons chiffres, Charleroi Airport va verser des dividendes à la Région wallonne et ce, pour la 3e année consécutive. Mais le nouvel actionnaire ne devrait rien toucher pour l’exercice 2009.

Il n’y a plus de contentieux qui plane sur l’entrée de Save/Holding communal dans le capital de BSCA. Le "Moniteur belge" vient de publier la décision du Conseil de la concurrence déboutant la société luxembourgeoise GTSA de sa plainte. Sur le marché de l’assistance en escale et celui des prestations de services commerciaux connexes sur le site de l’aéroport, le Conseil conclut qu’aucun marché n’est affecté au sens de la loi. "La concentration notifiée n’aura pas pour conséquence qu’une concurrence effective serait entravée de manière significative dans le marché belge ou une partie substantielle de celui-ci. Elle doit dès lors être approuvée", conclut-il. Le "Moniteur" a aussi publié une modification des statuts de BSCA avec la nomination des 4 administrateurs du consortium: deux Italiens (Enrico Marchi et Paolo Simioni) et deux Belges (Carlos Bourgeois et Christophe Jonlet). Un renouvellement des 12 administrateurs publics est prévu en février avec l’entrée des Ecolos dans le nouveau conseil d’administration. Quant à la procédure pour trouver un nouveau CEO, le bureau de chasseur de têtes aurait sélectionné 5 noms dont les profils sont en train d’être examinés.