analyse Entretien

Pas d’industrie sans innovation, c’est sûr, et la Belgique en est une preuve flagrante. Dixième au niveau européen en 2012, notre pays a déposé autant de brevets auprès de l’Office européen que l’Espagne, plus grande et plus peuplée. "La Belgique a un tissu industriel impressionnant au regard de sa taille", commente Philippe Lambrecht, secrétaire générale de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). "Chez nous, il y a un savoir-faire mondialement reconnu."

Si tel est le cas, c’est notamment parce qu’il y a une structure de recherche et d’information orientée de façon à ce que les universités et l’industrie coopèrent. "L’objectif final est de breveter des inventions soit pour les revendre par licences, soit pour exploitation industrielle. C’est une stratégie gagnante. La propriété industrielle, c’est faire en sorte que l’investissement en recherche et développement puisse porter des fruits."

Parmi les secteurs clés de l’innovation en Belgique, on trouve les technologies médicales et la pharmacie. "C’est lié au vieillissement de la population, qui crée de plus en plus de besoins médicaux." Chez nous, il faut reconnaître tant la qualité des soins que le savoir-faire industriel. Pour le conserver, "l’un des moyens est de développer des processus et de la technologie médiale susceptibles d’être exportés", estime Philippe Lambrecht.

L’on pourrait s’étonner du fait qu’en 2012, le nombre de brevets déposés dans les secteurs de la chimie organique et de la biotechnologie soit en croissance en Belgique, alors que la tendance est à une légère décroissance dans le monde. "Dans un monde globalisé, l’on voit apparaître des stratégies de spécialisation. Mais il n’y a pas besoin d’avoir 180 pays spécialisés là-dedans. On a juste un peu moins de concurrence mondiale dans des domaines qui ne sont pas sous l’effet d’appel d’air des secteurs où tout le monde se lance. Dans ces domaines pointus, il y a de moins en moins d’acteurs mondiaux compétents en la matière."

Quand on parle innovation, il est de bon ton de mettre en évidence les technologies nouvelles. Mais notre savoir-faire a longtemps excellé dans des secteurs comme le verre ou l’acier. "En Belgique, on est très forts dans des domaines existants comme la construction."

Et le secrétaire général de la FEB de souligner qu’il existe d’importants pôles de recherche comme le Centre scientifique et technique de la construction (CSTC). Nombre d’innovations en sont issues, notamment dans l’isolation phonique des habitations proches d’aéroports, avec des fenêtres et portes très efficaces sur le plan acoustique. "Ce sont des secteurs traditionnels dans lesquels innovation et recherche sont importantes. On est un petit pays mais nous sommes des gens concrets et nous créons des choses qui nous simplifient la vie."