Les autorités chinoises de régulation ont annoncé le lancement d'une enquête pour pratiques anti-concurrentielles contre le spécialiste chinois de la livraison de repas à domicile Meituan, dans un contexte de reprise en main du secteur de la tech par Pékin.

L'enquête a été diligentée après des signalements selon lesquels Meituan aurait imposé des accords d'exclusivité aux entreprises vendeuses, a expliqué l'Administration d'Etat de régulation des marchés dans un communiqué, qui parle notamment de "suspicion de comportement monopolistique".

Le lancement de cette enquête intervient alors que le géant chinois du commerce en ligne, Alibaba, a été condamné en avril 2021 à une amende record de 18,2 milliards de yuan (2,32 milliards d'euros) pour des faits similaires.

La pression chinoise s'accentue

La procédure engagée contre Meituan, qui compte le groupe Tencent parmi ses actionnaires, est le dernier signe de la pression imposée aux géants de la tech par le gouvernement.

Les entreprises liées à l'internet et au numérique sont particulièrement dynamiques en Chine où une législation jusque-là relativement laxiste, en particulier sur les données, et l'absence de concurrents étrangers, ont permis à des géants locaux d'émerger.

Pékin fait cependant preuve de davantage de fermeté à l'égard du secteur depuis quelques mois.

En mars déjà, une dizaine d'entreprises de la tech ont été convoquées par le régulateur pour échanger sur la sécurité en ligne.

La réunion avait notamment porté sur la réglementation autour de fonctionnalités impliquant la voix, après l'interdiction en Chine de Clubhouse, une application américaine qui permet aux utilisateurs de participer à des conversations en direct, sur invitation.

Mi-avril, une vingtaine d'acteurs du numérique, dont Tencent, Baidu ou ByteDance (TikTok), se sont engagés à des pratiques plus éthiques et de se mettre en conformité avec la réglementation, notamment concernant les pratiques commerciales.