Les Makro d’Alleur, de Lodelinsart, Deurne, Machelen et Sint-Pieters-Leeuw seront fermés samedi, annonce le front commun syndical. Les travailleurs ont décidé de faire grève "à la suite des refus répétés de la direction d’ouvrir une concertation sur la réorganisation des magasins", indiquent les organisations syndicales dans un communiqué.

"Cela fait deux mois que nous réclamons une concertation préalable, en vain. La direction entend imposer le plan qu’elle a imaginé sans la moindre négociation, un plan dont le personnel est la victime, un plan qui détériore les conditions de travail et déshumanise les magasins, explique Raymond Vrijdaghs, secrétaire permanent du syndicat chrétien CNE. "Pour tenter d’avancer, nous avons demandé la tenue d’un bureau de conciliation, demande, elle aussi, refusée par Makro. L’employeur nie totalement le modèle de concertation belge, un modèle qui a pourtant fait ses preuves", ajoute-t-il.

Début septembre, la direction de Makro, une enseigne en grande difficulté financière, avait appris aux syndicats qu'elle comptait mettre en œuvre un plan de transformation, comprenant le non-renouvellement des contrats de travail de 100 à 200 travailleurs et de gros changements dans l'organisation du travail au sein des magasins.

Les syndicats reprochent depuis à la direction de refuser d'entamer des négociations sociales autour de ce plan. Plusieurs débrayages spontanés ont eu lieu ces dernières semaines dans les six Makro de Belgique.

Le front commun syndical a rencontré des représentants du banc patronal (FEB) en commission paritaire il y a quelques jours, afin de demander la tenue d'un bureau de conciliation entre syndicats et direction de Makro pour tenter de ramener la paix sociale. "Notre demande a été refusée car la FEB estime qu'il n'y a pas de rupture dans le dialogue", indique Stijn Vandercruysse, permanent CGSLB. Sans accord de la direction, un bureau de conciliation ne peut pas être organisé. Les syndicats réintroduiront tout de même leur demande la semaine prochaine.