CLASSE ECO | Embarquement immédiat dans l'actu de l'aviation et de l'aéronautique. Au plan de vol ce vendredi, entre autres, la présentation du tout premier Airbus A350 de la compagnie Air France, un avion dérouté à cause d'un passager bloqué aux toilettes, un appareil d'American Airlines retardé pendant trois jours, de la plongée sous-marine dans un 747 et des nouvelles du 737 MAX. Sans oublier le triste "clap de fin" pour Aigle Azur ou encore l'espionnage chez Airbus.

> Dites bonjour au tout premier Airbus A350 d'Air France. L'appareil est le septième à être livré en France et Air France la troisième compagnie à compter l'appareil dans sa flotte. Arrivé il y a quelques jours, la compagnie tricolore a attendu ce vendredi 27 septembre pour présenter l'avion, baptisé "Toulouse" et immatriculé "F-HTYA", en cérémonie officielle.


Air France doit encore recevoir 27 autres A350 (dont une partie était initialement destinée à KLM), d'une capacité de 324 totale passagers. Dès le 7 octobre prochain, ceux-ci pourront monter à bord de l'appareil vers Abidjan et Bamako. Puis l'appareil sera progressivement déployé vers 4 autres destinations: Toronto fin octobre, La Caire et Séoul dès le 9 décembre et Bangkok pour l'été 2020.


"L’arrivée d’un nouvel appareil est toujours un moment unique et chargé d’émotions dans la vie d’une compagnie aérienne. Aux côtés de tous les salariés d’Air France, nous sommes très fiers d’accueillir l’Airbus A350, un des appareils long-courriers les plus performants au monde, sur les plans environnemental, économique et opérationnel", a expliqué Anne Rigail, Directrice générale d’Air France.

> Où en est Boeing avec son 737 MAX? Aux dernières nouvelles, l'avionneur américain aurait prévu - quand l'interdiction de vol de l'appareil sera levée -, d'augmenter son rythme de production pour sortir jusqu'à 70 737 MAX par mois, pour résorber le retard accumulé, rapporte le site spécialisé Flight Global. Le constructeur, qui n'a pas donné plus de détails sur la manière dont il allait s'y prendre, a réduit sa production à 42 appareils par mois. A l'heure actuelle, on estime que quelque 4600 737 MAX doivent encore être livrés. En décembre 2018, à son plus haut niveau de production, Boeing livrait 69 appareils 737 MAX mensuellement.

Au chapitre des mauvaises nouvelles cependant - et Boeing commence à avoir l'habitude qu'elles soient plus nombreuses que les bonnes -, une enquête d'une autorité indépendante a conclu que le régulateur aérien américain FAA avait menti au Congrès en assurant que ses employés chargés d'évaluer les pilotes et de les former pour opérer sur 737 MAX avaient les qualifications requises.

© AFP

Enfin, rapporte le Journal de l'Aviation, il apparaît que Boeing et la FAA auraient mal évalué la réaction des pilotes en cas de dysfonctionnement du MCAS (le système anti-décrochage de l'appareil). Ce dernier, mis en cause dans les accidents de Lion Air du 29 octobre 2018 et d'Ethiopian Airlines le 10 mars 2019, fait piquer l'appareil du nez lorsqu'il est activé. Mais, si Boeing avait prévu, dans ce cas de figure, qu'il serait désactivé par l'équipage, il n'en a rien été.


"Nous avons observé dans ces deux accidents que les équipages n’ont pas réagi de la façon dont Boeing et la FAA pensaient qu’ils le feraient", a affirmé cette semaine Robert Sumwalt, le patron du NTSB, avant d'ajouter: "Ces hypothèses (de Boeing et la FAA) avaient été utilisées pour concevoir l’avion et nous avons constaté un fossé entre ces suppositions qui ont servi à certifier le MAX et la réalité, où les pilotes étaient confrontés à de multiples alarmes et alertes en même temps."

> Un avion d'American Airlines retardé de... 3 jours. Les passagers du vol 988 entre Lima et Dallas ont joué de malchance, raconte le site One Mile at a Time. En effet, il a été détecté dans l'avion, qui devait décoller peu avant minuit, un problème dans le système de communication entre équipage et personnel de bord. Le service de maintenance a estimé qu'il fallait 24h pour réparer cela et le vol a ainsi été reporté à la nuit suivante. Et les passagers ne savaient pas encore ce qui les attendait le lendemain.

La seconde nuit, un souci de porte et de glissière d'urgence a été décelé. Le problème a été réglé avec les passagers déjà à bord, qui pensaient alors avoir laissé le pire derrière eux. Faux. Alors que l'appareil roulait vers la piste de décollage, vers 1h30, le commandant de bord a annoncé que la paperasse administrative concernant le vol n'avait pas été réglée dans les temps et que la piste venait d'être fermée pour travaux. Retour à la porte d'embarquement, nouveau report de 24h.

© REPORTERS

Lors de la troisième tentative, l'équipage ne s'est présenté pour le vol qu'environ 15 minutes avant le départ, victime des embouteillages routiers. Nouveau signe énonciateur d'une nuit de galères ? ("Spoiler alert") Oui. En effet, alors que l'avion, (encore) retardé, commençait à rouler, un problème de moteur a été repéré vers 2h du matin, le forçant retourner à la porte d'embarquement.

Lors de la troisième (et dernière) nuit, 115 des 171 passagers de départ avaient maintenu leurs réservations sur ce vol. Un petit nombre de passagers avaient été transférés, certains avaient annulé et d'autres avaient réservé des billets distincts à leurs propres frais. Tout est bien qui finit (presque) bien puisque après 72 heures consécutives sans avion, les passagers ont pu rentrer chez eux... via d'autres vols.

> Un avion dérouté à cause d'un passager bloqué dans les toilettes. C'est ce qui s'est produit sur le vol 1554 de la compagnie United Airlines, entre Washington DC et San Francisco. Alors qu'un passager s'est retrouvé bloqué aux toilettes, la porte ne s'ouvrant plus, l'équipage a pris la décision, par mesure de sécurité - et de confort pour la personne bloquée -, de dérouter vers l'aéroport de Denver.


> Plongée sous-marine dans un 747 à Barheïn. Le royaume, qui a ouvert et complète au fur et à mesure son gigantesque parc aquatique, le "Dive Bahrain", offre désormais la possibilité aux plongeurs de visiter les entrailles d'un Boeing 747 englouti par les eaux.


L'épave de l'appareil est dès à présent accessible et représente l'une des premières étapes de ce que les propriétaires souhaitent voir devenir un "parc à thèmes sous-marin" de plus de 100.000m².

Déjà sur La Libre Eco

> Clap de fin pour Aigle Azur ? Le tribunal de commerce d'Evry n'a retenu vendredi "aucune des offres de reprise" de la compagnie aérienne Aigle Azur placée en liquidation judiciaire, dont l'activité se terminera ce vendredi à minuit, a annoncé la présidente du tribunal Sonia Arrouas dans un communiqué.

Des syndicats d'Aigle Azur avaient appelé vendredi l'Etat à accorder un "prêt relais d'environ 35 millions d'euros pour sauver" la compagnie, placée en liquidation judiciaire.

> La Chine rejette les soupçons d'espionnage chez Airbus. Le gouvernement chinois a rejeté vendredi les soupçons selon lesquels des pirates informatiques chinois pourraient être à l'origine d'activités d'espionnage chez des sous-traitants d'Airbus.

Airbus a dit prendre "toutes les mesures nécessaires" pour faire face aux attaques informatiques, a assuré vendredi son directeur commercial Christian Scherer.

La veille, une enquête de l'AFP avait révélé que l'avionneur était, ces derniers mois, la cible de plusieurs attaques informatiques lancées en passant par des sous-traitants du constructeur. Plusieurs sources sécuritaires soupçonnaient ces opérations d'espionnage industriel d'être pilotées depuis la Chine.

> La situation de Brussels Airlines est "préoccupante", selon la direction. Effet Thomas Cook : la compagnie belge annule 105 vols et suspend l’entraînement d’une dizaine de ses pilotes.“Il ne faut pas le nier : l’impact de cette faillite est grand sur nos opérations”, explique Brussels Airlines qui va devoir revoir son réseau européen, déjà mis sous tension par son manque de rentabilité. Un plan de restructuration sera présenté aux syndicats à la mi-novembre.

> Ryanair continue de l’affirmer : voler sur ses avions est un geste écologique. "Si je dois me rendre en Provence en voiture, j’émettrai davantage de CO2 que si j’y vais sur un vol Ryanair", a affirmé Kenny Jacobs, le directeur marketing de la compagnie irlandaise, venu présenter les quatre nouvelles lignes de Ryanair de l’été prochain depuis la Belgique.

> Le patron d'Air France pas intéressé par une reprise de XL Airways. Le directeur général d'Air France-KLM Benjamin Smith a écarté vendredi l'idée de reprendre la compagnie aérienne française en difficulté XL Airways, disant ne voir "aucun bénéfice" pour son entreprise dans une telle opération.

> Un mois de septembre noir pour les compagnies aériennes. Le mois de septembre 2019 aura été marqué par la disparition et les difficultés de plusieurs compagnies aériennes en Europe. Thomas Cook Airlines, XL Airways, Aigle Azur et Adria Airways sont les principales victimes de ce mois noir.