A Anderlecht se situe un des cinq centres d’innovation de Coca-Cola dans le monde. C’est même le deuxième, derrière celui d’Atlanta où se situe également le QG du groupe. Dans ce centre sont élaborés de nouveaux produits, emballages, distributeurs et frigos pour le compte de 108 pays. "Cela représente 40% du volume global du groupe", explique Luc Aelterman, le directeur général Recherche et Innovation Europe, Eurasia et Afrique. A savoir l’Europe, avec la Russie, le Kazakhstan, etc., le Moyen-Orient et l’Afrique. On y a par exemple adapté les Vitaminwaters qui viennent de sortir en Belgique (elles seront vendues dans certains magasins, quartiers et villes, comme le quartier Dansaert à Bruxelles), on y a aussi développé une gamme de bouteilles pour Chaudfontaine. Pour un total de 500 innovations par an. Etant entendu que ces innovations concernent les marques de la famille sauf la gamme Coca-Cola (classic, light et zero) qui est du ressort du laboratoire d’Atlanta.

Et c’est précisément pour rester à la pointe de l’innovation qu’un investissement de 11,6 millions d’euros a été consenti à Anderlecht. Pour renforcer les capacités pour les futures innovations, la cocréation avec les clients et la petite unité d’embouteillage de façon à pouvoir produire plus d’échantillons destinés à être testés, notamment par les consommateurs.

Concrètement, il s’agit, au niveau du laboratoire, d’améliorer la collaboration avec les clients qui interviennent dans le processus d’innovation. De quoi aboutir à des solutions "win-win", découvrir des choses qui sont bonnes pour le client et pour Coca, selon le Belge Luc Aelterman. Comme ces distributeurs "de poche" suspendus (comme à Kinepolis Courtrai) ou ces petits frigos disposés à la caisse des supermarchés.

En outre, jusquici, il n’existait qu’une petite unité d’embouteillage d’échantillons située au sous-sol du bâtiment actuel. Place, le 1er avril prochain, à un nouveau bâtiment (les travaux ont débuté en mars dernier) juste à côté, avec la possibilité d’embouteiller des boissons gazeuses, mais aussi, désormais, de boissons non gazeuses avec l’introduction d’une nouvelle ligne (et d’une nouvelle technologie). En clair, on triple les capacités, passant de 80 000 bouteilles par an à environ 250 000 et de 800 m2 jusqu’ici à 1470 m2 sur deux niveaux demain. Un centre revisité comme l’est également celui de Shanghaï.

Le centre, qui s’est installé en Belgique en 2000 (auparavant, il était situé en Allemagne), compte sur des collaborateurs de plus en plus nombreux. Ils étaient trente en 2000, ils sont 165 aujourd’hui, de dix-neuf nationalitésdifférentes. Mais leur nombre ne va cependant pas augmenter en 2010 avec le nouvel aménagement du site. Et en 2011 ? "Il est trop tôt pour le dire", répond prudemment Luc Aelterman, responsable du centre depuis 2006.

En Belgique, Coca-Cola est présent à travers treize marques (les différents Coca-Cola, mais aussi les Sprite, Fanta, Aquarius, Minute Maid, Nestea, Chaudfontaine, etc.) Coca-Cola Enterprises Belgique a vendu dans notre pays 898 millions de litres l’an dernier.