Coca-Cola a célébré cette semaine en grande pompe le 20e anniversaire de son implantation à Wilrijk, dans la banlieue d’Anvers, l’un des trois sites belges de production de boisson avec Gand et Chaudfontaine (pour l’eau minérale). Quelque 527 personnes sont employées à Wilrijk, sur un total de 3 000 personnes pour l’ensemble du groupe.

L’occasion, aussi, pour les responsables de Coca-Cola de vanter les mérites d’un site parmi les plus performants d’Europe, que ce soit en termes de production ou de développement durable.

Coca-Cola, c’est quelque 898 millions de litres de boissons vendus en 2008 en Belgique et au Luxembourg, ce qui représente 17,6 % de l’ensemble de la consommation de ce type de boissons dans les deux pays.

A Wilrijk, 225 000 bouteilles sont produites par heure, contre 160 000 il y a dix ans. Sur douze mois, cela représente une production de 636 millions de bouteilles (petites et grandes confondues), soit 420 millions de litres contre 300 millions en 1999, et ce grâce à un programme d’investissement de 87 millions d’euros sur les dix dernières années.

Le ballet des bouteilles est sans surprise incessant dans l’unité de production, mais aussi dans l’entrepôt qui accueille les bouteilles de retour pour être triées - 240 bouteilles à la seconde - pour écarter les bouteilles qui ne sont pas estampillées d’un produit maison et ensuite lavées - 66 000 à l’heure.

Et, quand tout va bien, un camion peut être chargé en une quinzaine de minutes. Pour pouvoir charger les camions au plus vite, un nouvel entrepôt a été construit en 2005, où l’on peut stocker jusqu’à 20 000 palettes de produits à la fois ! De véritables montagnes de boissons sont donc disponibles à chaque instant, prêtes à être livrées aux 18 000 clients de Coca-Cola Enterprises Belgium.

Le site de Wilrijk joue aussi la carte du développement durable.

Pour produire du Coca, du Fanta ou encore du Sprite, il faut de l’eau, beaucoup d’eau. Voilà 4 ans, l’entreprise consommait 1,80 l d’eau par litre de boisson produite, contre 1,56 litre désormais : cela représente l’équivalent de la consommation moyenne de 730 ménages ou encore de la contenance d’une piscine olympique que l’on remplirait chaque jour. Même effort, aussi, du côté de la consommation énergétique, qui a baissé de 11 % au cours des cinq dernières années. Cette fois, estime Coca-Cola, cela représente la consommation d’énergie de 1050 ménages.

De même, pour le conditionnement des produits, l’accent est mis sur l’allégement des emballages : les canettes sont aujourd’hui 4,5 % plus légères qu’il y a cinq ans. L’utilisation de matières premières pour les emballages PET est aussi en diminution par unité produite.

De "tous les embouteilleurs de Coca-Cola au monde, le site de Wilrijk est l’un des plus respectueux de l’environnement", se réjouit Coca-Cola Belgique.