Le gouvernement irlandais devrait dévoiler à la fin de cette semaine le coût du sauvetage de la banque nationalisée Anglo Irish, gouffre pour les finances publiques et source d'inquiétude pour toute la zone euro, indiquait lundi la presse irlandaise.

Les autorités irlandaises ont décidé au début du mois de scinder Anglo Irish Bank en deux entités, pour satisfaire aux exigences de la Commission européenne.

Le gouvernement avait annoncé dans la foulée que le coût final du sauvetage public de la banque, jusqu'ici évalué autour de 25 milliards d'euros (dont 23 milliards déjà déboursés), serait annoncé courant octobre.

Mais il semble qu'il soit pressé de l'annoncer au plus vite afin de rassurer les investisseurs qui font grimper les taux d'intérêt des obligations émises par l'Etat irlandais pour financer sa dette.

D'après l'Irish Times, la Banque Centrale devrait publier deux chiffres : l'une représentant l'estimation officielle du coût du sauvetage, et l'autre constituant un "scénario du pire", au cas où les pertes générées par le portefeuille de crédit de la banque s'avéreraient plus importantes que prévu.

De son côté, le journal dominical Sunday Business Post a affirmé que le coût du sauvetage pourrait être réévalué autour de 28 ou 29 milliards d'euros.

Certains analystes estiment qu'il pourrait enfler jusqu'à 40 milliards d'euros, soit près du quart du Produit intérieur brut annuel du pays. Le ministre des Finances Brian Lenihan a démenti catégoriquement qu'il tentait de négocier le non-remboursement d'une partie de la dette obligataire de la banque nationalisée, afin de réduire le fardeau de son sauvetage.