La CSC Metea a appelé les travailleurs l'entreprise ACV Burnsen à Seneffe à l'arrêt total du travail le vendredi 4 juin. Le mécontentement des travailleurs a été suscité par un licenciement jugé injustifié, selon la CSC, et par la rupture du dialogue social avec les responsables du Groupe Atlantic-ACV Burnsen Seneffe. Le syndicat est dans l'attente de renouer un dialogue constructif avec la direction. L'entreprise basée à Seneffe est spécialisée dans la construction de chaudières et de boilers.

"L'origine du conflit réside dans la rupture de dialogue social au sein de l'entreprise", a expliqué Isabelle Hoslet (CSC). "La direction a organisé une séance d'information pour le personnel le 19 mars dernier à laquelle seulement 8 des 115 travailleurs avaient assisté. Le syndicat a incité les travailleurs à se présenter à la deuxième séance d'information qui s'est tenue le 22 avril. Deux travailleurs, affiliés à la CSC, ne s'y sont pas présentés. La direction les a convoqués, un s'est présenté mais l'autre ne l'a pas fait : il avait terminé son travail la veille à 21h06 et il avait été convoqué par la direction RH le lendemain à 8h. Il était donc en manque de temps de repos."

Selon le syndicat, le travailleur concerné est actif dans l'entreprise depuis 20 ans et il n'a jamais eu problème. "Ce travailleur a été licencié sur le champ pour insubordination et son badge d'accès a été très vite désactivé. Le personnel de l'entreprise regrette cet état de faits, qui s'inscrit dans la rupture du dialogue social, et a décidé de faire grève vendredi. Un piquet sera ainsi mis en place à l'entrée du site dès le matin."