Le front commun syndical n'accepte pas la décision du gouvernement de considérer cruciales ce type d'entreprises, qui emploient des personnes handicapées.

Les syndicats du secteur des entreprises du travail adapté (ETA) ont déposé lundi un préavis de grève, ont-ils annoncé.

Cette décision fait suite à celle du gouvernement fédéral d’inclure, vendredi dernier, les ETA dans la liste des activités cruciales. “Ceci veut dire que toutes les activités exercées dans ce secteur, y compris celles qui sont non-essentielles actuellement, peuvent continuer sans que les mesures de distanciation physique ne soient respectées. Cette décision est irresponsable et dangereuse, car elle met des milliers de travailleurs potentiellement en danger, alors qu’il s’agit de personnes dont l’état de santé est déjà souvent fragilisé au départ, et dont les capacités de compréhension face aux risques encourus ne sont pas toujours présentes”, souligne le front commun dans un communiqué.

Des arrêts de travail dans les entreprises où l’activité continuait depuis le début de la crise ne sont pas à exclure, préviennent les syndicats.

Ce secteur compte près de 133 entreprises en Belgique et emploie 32.000 personnes handicapées. Les syndicats estiment que, si certaines activités qui s'y déroulent peuvent être considérées comme essentielles (conditionnement alimentaire ou de matériel médical), "ce n’est pas le cas pour la très grande majorité (sous-traitance industrielle, horticulture, petits travaux d’aménagement intérieur, etc.). Cette nuance doit absolument être entendue par le gouvernement, afin qu’on ne mette pas en danger inutilement des milliers de travailleurs handicapés alors que seule l’activité de quelques-uns d’entre eux s’avère réellement nécessaire à la gestion de la crise du Covid-19".