Mais la crise du coronavirus en a décidé autrement, faisant exploser les achats en ligne, si bien qu'une capacité maximale est déjà en vue. L'entreprise étudie dès lors différentes options. "Lorsque nous avons ouvert ce centre de tri, nous avions supposé une croissance moyenne de 8% par an", explique Freek De Witte, responsable des affaires publiques de DHL Aviation. "Mais elle a été en moyenne de 10%, et même de 17% l'année dernière."

Cette forte croissance en 2020 est logiquement due à l'impact du coronavirus. Non seulement de nombreuses personnes ont découvert les achats en ligne lorsque les magasins non essentiels ont été fermés, ce qui a entraîné des milliers de paquets supplémentaires à traiter dans le centre de tri. Mais l'entreprise a transporté de nombreux matériaux de protection et joue un rôle dans le transport des vaccins.

Le taux de croissance va diminuer, prévoit DHL, mais le commerce en ligne a très probablement fait sa percée et ne va pas décliner soudainement. Pour le centre de tri de Brussels Airport, cela signifie que, selon les projections actuelles, la capacité ne sera déjà plus suffisante en 2023.

Et un raisonnement similaire s'applique à un nombre encore plus important de centres de tri de DHL en Europe, situe Freek De Witte. C'est pourquoi l'entreprise envisage d'étendre son réseau européen. Une décision est attendue pour septembre.

Celle-ci pourrait prendre n'importe quelle direction: il pourrait y avoir de nouveaux sites en Europe tout comme ceux existants pourraient être agrandis. S'il devait y avoir une expansion à Brussels Airport, le responsable des affaires publiques souligne que cela n'impliquera pas nécessairement beaucoup plus de vols. "Nous espérons pouvoir créer des capacités supplémentaires en investissant dans de nouveaux et plus grands avions, qui génèrent en même temps moins de pollution sonore", dit-il. Et il n'y aura certainement pas de demande pour y augmenter le nombre maximum de vols de nuit, assure M. De Witte.

Le centre de tri de DHL à Brucargo emploie actuellement environ 1.600 personnes (exprimées en équivalents temps plein). L'entreprise est toujours à la recherche de 50 à 100 nouveaux collaborateurs.

La crise du coronavirus n'a en tous les cas pas porté préjudice au groupe Deutsche Post DHL, dont fait partie DHL. L'année dernière, il a en effet enregistré un chiffre d'affaires de 66,8 milliards d'euros, soit 5,5% de plus qu'en 2019. Le bénéfice net a augmenté de près de 14%, pour atteindre 3 milliards d'euros.

Le groupe prévoit que son bénéfice d'exploitation, qui était de 4,8 milliards d'euros l'année dernière, dépassera les 6 milliards d'ici 2023. Ses effectifs ont augmenté de 20.000 unités en 2020, pour atteindre 570.000 personnes à travers le monde.