Quelque 25 millions d'emplois risquent de disparaître si l'effondrement de la demande de transport aérien dans le contexte de la crise du coronavirus s'éternise durant plusieurs mois, s'inquiète mardi l'Association internationale du transport aérien (Iata). 

Les compagnies aériennes appellent dès lors à nouveau les gouvernements à fournir une aide financière immédiate pour les aider à rester viables et capables de mener la reprise lorsque la pandémie sera contenue. À l'échelle mondiale, les moyens de subsistance de 65,5 millions de personnes dépendent de l'industrie aéronautique, en ce compris dans des secteurs tels que les voyages et le tourisme, détaille l'Iata. Parmi ceux-ci, on compte 2,7 millions d'emplois au sein des compagnies aériennes.

Dans un scénario de restrictions sévères des voyages pendant trois mois, 25 millions d'emplois dans l'aviation et les secteurs connexes sont menacés dans le monde, d'après les calculs de l'organisation internationale. Parmi eux, 11,2 millions concernent la région Asie-Pacifique, 5,6 l'Europe et 2 millions l'Amérique du Nord.

Toujours selon ce scénario, les compagnies aériennes devraient voir leurs recettes annuelles provenant des passagers diminuer de 252 milliards de dollars (-44%) en 2020 par rapport à 2019.

Ces dernières appellent donc une nouvelle fois les gouvernements à fournir une aide financière immédiate pour les aider à rester viables et capables de mener la reprise lorsque la pandémie sera contenue. L'Iata préconise ainsi un soutien financier direct, des prêts, garanties de prêts et un soutien au marché des obligations d'entreprises, et, enfin, des allègements fiscaux.