La prime est destinée aux infirmières, mais aussi aux personnes s'occupant de la maintenance, de la logistique et de l'administration des hôpitaux. Les travailleuses et travailleurs du nettoyage sont quant à eux bien souvent employés par des entreprises externes, et ne sont donc pas concernés.

"Le secteur du nettoyage est pourtant clairement repris dans la catégorie des secteurs essentiels au bon fonctionnement de notre société en cette période de pandémie", relèvent les syndicats. "Il serait anormal que les travailleurs du nettoyage soient oubliés et qu'ils basculent à nouveau dans l'invisibilité."

Les organisations relèvent en outre que "dans d'autres pays, comme aux Pays-Bas, la prime d'encouragement pour le secteur de la santé a été accordée aux nettoyeurs, même s'ils sont employés par une entreprise de nettoyage".

Syndicats et employeurs du secteur souhaitent que le sujet soit abordé à la table du gouvernement et qu'une "reconnaissance financière" soit prévue pour ces personnes "qui ont bravé la maladie mais qui ont surtout participé au combat encore en cours".

Les trois organisations ont adressé une lettre en ce sens aux différents ministres responsables.