"Trois magasins de mode sur quatre finiront l'année dans le rouge", avertit le SNI. Ce dernier constate que les consommateurs n'osent pas sortir de chez eux pour aller faire les soldes. "Pourquoi donc ne pas communiquer qu'il est tout-à-fait possible de faire son shopping en toute sécurité si les mesures sont respectées (port du masque, distanciation sociale, gel désinfectant et nombre maximum de clients)? En outre, il devrait être possible de pouvoir faire pendant un mois les soldes en famille et avec sa bulle. Il faut dès lors que l'obligation de faire ses courses seul soit abrogée et que les soldes soient prolongés pendant au moins 14 jours", estime le SNI dans un communiqué.

Le syndicat neutre pour indépendants demande également aux autorités d'apporter de l'"oxygène financier" aux commerçants. "Pour ce faire, il faut trouver une solution pour le stock. Pour la valeur des produits invendus, les commerçants devraient pouvoir souscrire un prêt de garantie sans intérêt auprès des sociétés de financement régionales (Sowalfin, SRIB) pour qu'ils puissent acheter la nouvelle collection. Actuellement, pas moins de six commerçants sur 10 ne peuvent pas se le permettre. Il faut en outre trouver une solution pour les loyers", plaide-t-on encore.

Alors que le gouvernement bruxellois a trouvé une solution pour soutenir les propriétaires et locataires qui s'accordent, volontairement, sur une suspension du paiement du loyer commercial pendant quatre mois, le SNI demande à la Région wallonne d'adopter des mesures similaires.