Son CEO, Carsten Spohr, aurait informé le personnel de ces décisions, selon l'agence de presse financière Bloomberg. Des rumeurs de suppressions d'emploi supplémentaires avaient déjà vu le jour fin août. Lufthansa est frappée de plein fouet par la crise sanitaire, à l'instar des autres compagnies aériennes, qui entraîne des fermetures de frontières et des restrictions de voyages à l'étranger.

Pour octobre, le groupe allemand a enregistré à peine un dixième des réservations d'octobre 2019. Le CEO Carsten Spohr ne s'attend désormais plus à ce que le transport aérien ne retrouve son niveau d'avant la crise qu'au milieu de la décennie.

Si la maison-mère de Brussels Airlines a déjà annoncé vouloir supprimer 22.000 équivalents temps plein, certains médias ont évoqué jusqu'à 42.000 pertes d'emplois, mais ce nombre est trop élevé, selon le CEO allemand. Le nouveau niveau de suppressions d'emplois qui devrait être annoncé se situerait donc entre les deux.