La direction d'ING Belgique a déclaré jeudi, lors d'un conseil d'entreprise, qu'aucun licenciement n'était prévu actuellement. La réunion organisée de 9 à 13h00 s'est déroulée dans une atmosphère constructive, a commenté la porte-parole d'ING Belgique Safia Yachou.

La direction est revenue sur plusieurs éléments tels que les questions relatives à la vision de la banque, un topo de la situation actuelle et la réouverture des agences. Il a été annoncé que 143 (bien 143) autres enseignes rouvriront ce mois-ci, ce qui fera grimper le chiffre à 430 agences sur près de 600 au total (72%). En période de confinement, la banque avait fermé la moitié de ses bureaux, l'autre moitié étant restés ouverts sur rendez-vous uniquement.

La dernière flopée d'agences rouvrira progressivement, dès que cela sera possible, dans le respect des mesures préventives destinées à lutter contre le coronavirus, prévient l'institution.

Il y a quelques jours, les syndicats avaient exprimé leur inquiétude. Ils craignent que la banque néerlandaise ne profite de la crise sanitaire pour couper une nouvelle fois dans les coûts ou introduire des mesures de restructuration supplémentaires.

"Nous resterons vigilants. On va, semble-t-il, réaffecter des gens dans d'autres services, notamment des call-centers. Leur fonction va changer. Et cela posera des problèmes. D'autre part, on a appris qu'ING avait demandé à 700 collaborateurs externes de faire des économies, de l'ordre de 20%, au niveau des coûts de facturation. Cela signifie qu'ils vont devoir réduire leurs prestations. Interpellant!", a commenté jeudi Jean-Michel Cappoen, secrétaire général SETCa".

"On a parfois l'impression que la direction voit la crise de la Covid comme une opportunité pour justifier des décisions qui étaient déjà dans le pipeline", ponctue-t-il.

Il y a quatre ans, ING Belgique avait annoncé une restructuration majeure. D'ici 2021, un emploi sur trois devrait être supprimé et le réseau d'agences réduit de moitié.