Près de six petites et moyennes entreprises belges sur 10 (59%) recourent au chômage temporaire dans le cadre de la crise du coronavirus, contre 40% qui n'invoquent pas cette mesure d'aide, ressort-il lundi d'une enquête menée par le prestataire RH SD Worx auprès de plus de 1.000 PME. 

Un tiers d'entre elles peuvent miser massivement sur le travail à domicile. Vu le contexte, les intentions d'embauche jusqu'à fin juin sont en chute. Un tiers des organisations sondées ont expliqué avoir obligatoirement dû fermer leurs portes à la suite des mesures de confinement prises par le gouvernement.

Un autre tiers mise donc surtout sur le télétravail pour poursuivre les activités et une même proportion compte actuellement peu ou pas de malades.

Autre constat de cette enquête, quatre PME sur 10 n'ont actuellement pas recours au chômage temporaire et n'ont pas non plus l'intention de le faire après le 19 avril. Cette mesure ne semble d'ailleurs pas être un automatisme, analyse SD Worx. Moins d'une petite ou moyenne entreprise sur 10 (9%) pense ainsi devoir maintenir le chômage à 100% au-delà de cette date alors qu'elles sont une sur trois à le faire aujourd'hui.

Enfin, 10% des PME rencontrent actuellement une pénurie de personnel et 5% comptent de nombreux malades.

La crise actuelle fait par ailleurs descendre en piqué les intentions de recrutement de ce type d'entreprises, et ce jusque fin juin, selon le baromètre de SD Worx réalisé récemment auprès de 1.025 dirigeants d'entreprise et responsables du personnel. Seule une PME sur 10 compte en effet encore recruter un collaborateur ce trimestre.