Countrywide Financial, leader américain des prêts immobiliers hypothécaires, a annoncé jeudi utiliser dans son intégralité une ligne de crédit de 11,5 milliards de dollars pour renflouer sa trésorerie, un geste perçu comme un très mauvais signe par le marché, voire un pas vers la faillite.

A la Bourse de New York, l'action Countrywide chutait de plus de 15 pc à la mi-séance, les investisseurs étant actuellement très réactifs à toute information sur l'état de gravité de la crise des prêts hypothécaires à risque (les "subprimes").

Le groupe s'est voulu rassurant, en indiquant pouvoir compter sur ces 11,5 milliards de dollars. "Depuis plusieurs années, Countrywide maintient une base de financements diverse", a-t-il souligné, ce qui était sans effet sur le marché.

"Si l'objectif de Countrywide est d'utiliser sa facilité de crédit pour traverser cette période difficile, le fait que le groupe puise entièrement dans ce crédit alimente les craintes d'un manque de liquidités chez les organismes de prêts hypothécaires, avec à la clef une crise du crédit ayant des conséquences économiques beaucoup plus larges", estimait jeudi Patrick O'Hare, analyste du site financier Briefing.com.

Countrywide a aussi annoncé accélérer la migration de son activité de prêts hypothécaires vers sa division de services bancaires, et avoir déjà actuellement 70 pc de ses volumes financiers venant de cette division, financièrement plus solide. "Ce sens de l'urgence avec lequel Countrywide effectue ces changements perturbe le marché", renchérit l'analyste. "Actuellement, le marché redoute que l'édifice Countrywide s'écroule et génère un risque accru de défauts de paiements, et certains à Wall Street ont même déjà prononcé le mot de faillite". (AFP)