© BELGA

Entreprises & Start-up

Crémaillère de luxe pour Audi Brussels

M.Bs (avec Belga)

Publié le - Mis à jour le

Ce jour est un grand jour pour notre pays" , s'est laissé aller à lancer le Premier ministre Guy Verhofstadt, pris dans l'euphorie de l'événement. C'est qu'un vrai show a salué, mercredi matin, le baptême de l'usine Audi Brussels qui renaît des cendres de l'ancienne VW Forest. A l'allemande, tout était organisé à la minute près. De la présentation de plusieurs "clips" (pour présenter les sites Audi, les collaborateurs de Bruxelles) aux séances de photos avec la star du jour (la première Audi A3 produite à Bruxelles), en passant par les interventions des invités de prestige conviés pour l'occasion. Y compris, donc, notre actuel chef de gouvernement.

"Audi Brussels est la preuve que l'industrie automobile a un avenir en Belgique" , a affirmé Guy Verhofstadt. En ajoutant : "Et ce n'est pas aussi évident." Que la Belgique reste concurrentielle sur la place, ne va effectivement pas de soi (lire ci-dessous). Mais dans l'usine, mercredi matin, l'heure était à la fête et pas au débat.

La première Audi A3 Sportback (modèle à quatre portes) qui a été produite à Audi Brussels, a été saluée comme il se doit. En 2007, quelque 17 000 A3 doivent sortir des chaînes forestoises, en plus des Golf et des Polo.

Les carrosseries sont actuellement encore importées d'Allemagne, mais le modèle sera totalement produit à Bruxelles d'ici la fin de l'année, le temps que les outils de production ad hoc soient intégrés.

Fin 2009, le modèle Audi A1 viendra s'y ajouter, le but étant de produire sur place après 2009 plus de 100 000 voitures. A côté de l'Audi A1, la nouvelle Polo et la nouvelle A3 devraient venir compléter la gamme.

Le baptême d'Audi Brussels a rassemblé l'ensemble de la direction de Volkswagen et celle de sa marque de prestige Audi. Ferdinand Piëch, le puissant président du conseil de surveillance avait lui aussi fait le déplacement.

L'administrateur délégué de VW, Martin Winterkorn, a salué ce "bon jour pour Bruxelles et pour Audi" . Selon lui, "avec l'Audi A1, le succès d'Audi Brussels est assuré à long terme".

Audi prévoit une offre de 1,5 million de véhicules d'ici 2015 et a donc besoin de nouvelles capacités de production.

Seuls les syndicats n'ont pas partagé l'optimisme ambiant. Comme nous le rappelions hier, le départ de VW a quand même coûté 3 300 emplois sur le site, et plus de 725 chez les sous-traitants. Et les conditions de travail du personnel restant doivent encore être précisées.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous