L'offre américaine, reçue dimanche, est "une proposition non sollicitée, non contraignante et indicative", a précisé le groupe, qui fait l'objet de plusieurs enquêtes en raison de soupçons de blanchiment d'argent et de liens avec le crime organisé.

Elle s'élève à 11,85 dollars australiens (9,15 USD) par action, soit 19 % de plus que la moyenne pondérée des actions Crown depuis la publication de ses derniers résultats semestriels.

Cela représente un total de 8 milliards de dollars australiens (6,2 milliards de dollars américains), selon les médias locaux. Blackstone détient déjà 9,99 % de Crown Resorts, acquis en avril 2020.

Drogue, terrorisme er trafic d'êtres humains

Cette proposition intervient alors que Crown Resorts a annoncé en février s'être vu refuser par les autorités australiennes la licence requise pour ouvrir un immense casino à Sydney en raison de liens présumés avec le crime organisé.

D'une valeur de plusieurs milliards de dollars, il devait trouver place dans une tour de 75 étages qu'il a construite sur la baie de Sydney, la plus haute de la ville.

Les autorités avaient décidé de suivre les recommandations d'une enquête publique selon qui Crown aurait "facilité" des opérations de blanchiment d'argent liées à des Triades chinoises et à d'autres groupes du crime organisé.

Cette enquête avait été lancée en raison d'informations de presse selon lesquelles des casinos de Crown en Australie étaient utilisés à des fins de blanchiment d'argent provenant de la traite des êtres humains, du trafic de drogue, du terrorisme ou de l'exploitation sexuelle des enfants.

Blackstone, si son offre est menée à bien, devra convaincre les régulateurs australiens qu'il est à même de gérer des casinos dans le pays.

Crown Resorts a indiqué que son conseil d'administration allait désormais "démarrer le processus d'évaluation de la proposition".