DaimlerChrysler vise un bénéfice d'exploitation d'environ 8,5 milliards en 2007, contre 5 milliards l'an dernier. Ce chiffre sera atteint grâce à un gain de 1,4 milliard d'euros suite à la vente d'une part de 7,5 pc dans EADS, la maison mère d'Airbus, a annoncé le groupe automobile, mercredi, dans un communiqué publié à l'occasion de la communication de ses résultats trimestriels.

Le constructeur, qui a vendu la majorité de l'américain Chrysler et va se rebaptiser Daimler début octobre, table, par ailleurs, sur un chiffre d'affaires du "même ordre de grandeur" qu'en 2006, soit environ 99 milliards d'euros et sur des ventes également stables (2,1 millions de véhicules). L'avenir de Chrysler est désormais aux mains du fonds américain Cerberus. Daimler en détient encore 19,9 pc. Le coût de la séparation est moins élevé que prévu puisque la firme de Stuttgart l'évalue désormais à 2,5 milliards d'euros sur l'ensemble des bénéfices de 2007, contre un montant entre 3 et 4 milliards envisagés auparavant. Une fois la page Chrysler tournée, Daimler veut se recentrer sur sa marque phare Mercedes-Benz et sur les poids lourds. A la suite du rachat de Chrysler en 1998 et malgré les milliards investis, les Allemands n'ont jamais réussi à redresser la marque américaine, dont les difficultés ont comme attendu plombé les résultats du 2e trimestre. Le groupe a dégagé un bénéfice net de 1,84 milliard d'euros, en baisse de près de 14 pc. Le chiffre d'affaires du groupe a baissé de 3 pc à 23,8 milliards d'euros. Corrigé des effets de changes et du changement de périmètre, il aurait été stable.

DaimlerChrysler a aussi annoncé un vaste programme de rachat d'actions pour un montant allant jusqu'à 7,5 milliards d'euros sur un an. Cette décision est "logique", a expliqué le groupe dans son communiqué, étant donné les larges liquidités dont il dispose dans ses activités industrielles évaluées entre 10 et 14 milliards d'euros. (AFP)