Davos surfe sur la technologie verte

Entreprises & Start-up

AFP et Reuters

Publié le

Davos surfe sur la technologie verte
© BELGA

C'est parti pour la 38e édition du Forum économique mondial ! Organisée depuis 1971 à Davos, station de ski bien connue de Suisse, cette manifestation, considérée comme le " sommet du capitalisme mondial " par les altermondialistes, se défend d'être un " club de riches et de puissants ". Lieu proclamé "de dialogue" , elle réunit jusqu'à dimanche 2 400 participants représentant plus 90 nationalités, dont 24 chefs d'Etat et de gouvernement (Angela Merkel, Fouad Siniora, Mahmoud Abbas, Shimon Peres, etc.), 85 ministres, les patrons de plusieurs organisations internationales, des centaines de patrons de premier plan (Lakshmi Mittal, Dmitri Medvedev, etc.), des personnalités religieuses, universitaires et artistiques. " Nos membres sont influents, talentueux et puissants ", proclame le Forum sur son site Internet. Objectif affiché par ses dirigeants : " améliorer l'état du monde ". Ni plus ni moins.

Parmi les participants figurent de nombreux Belges (Luc Bertrand, administrateur-délégué de AvH, Luc Cortebeeck de la CSC, Thomas Leysen, CEO d'Umicore, Paul Soete, administrateur-délégué d'Agoria, etc.). Comme chaque année, ceux-ci comptent " y n ouer des contacts, débattre des grands enjeux de la planète, s'informer sur les évolutions prochaines et s'ouvrir au monde global".

Si le programme des débats va de la lutte contre le sida à la géostratégie, les milieux d'affaires sont plus particulièrement invités cette année à réfléchir au climat, au potentiel des énergies renouvelables et à la prévention des catastrophes naturelles. Ils verront comment gagner de l'argent avec la technologie verte, soupèseront l'idée d'une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre et parleront du retour du nucléaire. " Il y a eu un changement dans la prise de conscience publique du réchauffement climatique en 2006 ", observe Klaus Schwab, le fondateur du Forum.

Questions diplomatiques

Il est à noter que le Forum se réunit juste avant la publication, le 2 février à Paris, du rapport du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, mandaté par l'Onu, qui doit confirmer l'ampleur du réchauffement en cours et fonder l'action des dirigeants du monde entier pour le contrer. La course mondiale aux énergies fossiles fait l'objet de plusieurs séminaires au Forum, dont les organisateurs s'inquiètent du risque de guerre pour l'accès au pétrole.

La manifestation, qui doit être conclue par le Premier ministre britannique Tony Blair, sera largement consacrée également aux questions diplomatiques. Le Forum espère faciliter un dialogue entre Irakiens, dont plusieurs hauts responsables sont attendus, et stimuler le processus de paix au Proche-Orient.

L'avenir des négociations sur un nouvel ordre commercial mondial sera débattu par une trentaine de ministres de pays membres de l'Organisation mondiale du commerce le 27 janvier. Cette réunion, la première depuis la suspension des négociations en juillet dernier, pourrait déboucher sur un calendrier de reprise des tractations.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous