En fonction des scénarios envisagés, entre 1.410 et 2.289 personnes travaillant dans des entreprises sous-traitantes de Volkswagen perdront leur emploi à la suite de la restructuration annoncée au sein de l'usine de Forest, a affirmé mardi après-midi un des directeurs de cabinet du ministre bruxellois de l'Emploi et de l'Economie, Benoît Cerexhe.

Dans un communiqué, le ministre lui-même a souligné qu'il disposait de ces chiffres depuis mardi après-midi, sous sa casquette de président de la Cellule de Crise Volkswagen, où ils ont été validés par les autres Régions. Selon Benoît Cerexhe, ce seront donc davantage que 1.100 emplois qui seront perdus dans les entreprises sous-traitantes de VW, un chiffre qu'avait présenté mardi le ministre fédéral de l'Emploi, Peter Vanvelthoven, en commission des Affaires sociales de la Chambre.

Pour évaluer l'impact de la restructuration sur l'emploi chez les sous-traitants de VW, une cartographie précise des entreprises contractant avec VW a été établie. Le ministre Cerexhe a rappelé que pour l'heure, on en restait à la présentation d'un plan industriel sur l'avenir du site et que l'impact sur les sous-traitants ne sera pas le même si l'on maintient des activités pour 3.000 travailleurs chez VW plutôt que 1.500. Ce n'est d'ailleurs que lorsque l'activité économique de VW sera davantage détaillée que les sous-traitants sauront exactement quelles mesures prendre en ce qui les concerne précisément, a-t-il insisté.

Selon la cartographie établie par la cellule de crise, on a dénombré quelque 800 entreprises contractant avec VW Forest, où qu'elles soient situées. Parmi celles-ci, l'activité de huit entreprises situées en Belgique dépend entièrement de la production sur le site de VW Forest. Celles-ci occupent 832 personnes. Toujours en Belgique, les activités de 32 entreprises dépendent partiellement de la production sur le site de VW Forest. Enfin, on a identifié 15 entreprises situées en Belgique qui réalisent des services sur le site de VW Forest.

Pour chacune de ces entreprises, on a relevé le nombre de travailleurs actifs à la fin décembre 2005 sur base du bilan social introduit à la Banque Nationale. Il s'agit là des dernières données officielles disponibles. Globalement, le nombre de travailleurs actifs dans les entreprises situées en Belgique est de l'ordre de 30.000 travailleurs. Dans un second temps, la cartographie a cherché à évaluer, parmi ces entreprises, le nombre de travailleurs directement menacés par la restructuration chez VW Forest. Une fourchette a pu être établie, sur base d'une enquête directe auprès de chacune des entreprises sous-traitantes. Sur base de cette enquête directe, l'impact sur l'emploi a été évalué globalement entre 1.400 et 2.300 travailleurs.

Cette variation dépend naturellement de la stratégie qui sera adoptée dans chaque entreprise et des possibilités de redéploiement économique qu'elles mettront en oeuvre, a précisé Benoît Cerexhe.