Datavillage et Co.Station

Datavillage et Co.Station ont décidé d'unir leurs forces afin de permettre aux entreprises de développer des services numériques offrant aux utilisateurs finaux une maîtrise et une transparence complète de leurs données. Dans un monde numérique où les données personnelles sont utilisées dans toujours plus de produits et services interconnectés, via nos smartphones et applications, les deux partenaires estiment qu'il est devenu fondamental de créer plus de clarté dans la manière dont ces données sont gérées. "L'expertise de Datavillage est essentielle pour concevoir des solutions intelligentes avec l'impact et la facilité d’utilisation nécessaires. En plus des partenariats déjà existants et précieux avec Accenture, Cresco Law, Microsoft et Sambrinvest, la connaissance spécifique de Datavillage garantit des résultats concrets pour nos écosystèmes, grâce auxquels les différents acteurs peuvent mieux centraliser leurs données avec l’objectif commun de placer l’utilisateur au centre", explique Béatrice de Mahieu, CEO de Co.Station. "Les services ou produits innovants en cours de développement au sein des différents écosystèmes gagneront, en temps et en efficacité, en envisageant un accès individuel aux données personnelles, quelque soit le secteur dans lequel les entreprises ensemble souhaitent générer l’impact", déclare, pour sa part, Quentin Felice, cofondateur de Datavillage.

19

La plateforme de code belge "19", membre du réseau "42" créé par Xavier Niel, est prête à accueillir 300 futurs talents cet été. Depuis son lancement en 2018, "19" s’est créé une place importante dans le paysage digital belge. "19" a organisé pas moins de 12 épreuves de sélection, appelées "Piscines", avec plus de 1.000 candidats, et compte 300 participants actifs à l’heure actuelle. La plateforme a également permis de créer plus de 130 stages et jobs, que ce soit en start-up ou en entreprise. Aujourd’hui, on retrouve plusieurs dizaines d’ex-"19" au sein d’entreprises. Trois "Piscines" sont prévues durant l'été (juillet, août et septembre). A l'automne, "19" a doublé de taille en rejoignant le campus digital BeCentral, au centre de Bruxelles. "Ce changement s’inscrit dans notre ambition de devenir plus accessible à l’ensemble du pays, avec pour objectif d’atteindre 30% de néerlandophones parmi nos participants. Notre mission est d’accueillir 500 participants d’ici 2023, dont 30% de femmes et 30% d’infraqualifiés, et de créer 100 jobs et stages chaque année", indique Stephan Salberter, CEO de "19". Des portes ouvertes ont lieu ce samedi 5 juin de 14h à 17h: bit.ly/3wz4Ms6. Inscription en "Piscine": admission.s19.be

Legacio

La start-up bruxelloise Legacio a annoncé, mercredi, lancer un service de testament en ligne. Fin mars, les fondateurs de la plateforme en ligne spécialisée dans la succession avaient expliqué, sur base d'une enquête menée auprès de 1.000 Belges de plus de 45 ans, que trois quarts d'entre eux n'ont pas préparé leur succession. Or, la planification est primordiale pour protéger ses proches, insiste Legacio. "Grâce à notre testament en ligne, il est désormais plus facile et abordable de faire l'inventaire de ses biens et de choisir ce que l'on veut faire non seulement de son argent mais aussi de ses objets de valeur sentimentale ou de ses animaux de compagnie", insiste Boris de Vleeschouwer, co-fondateur de Legacio. Pour permettre à tout un chacun de créer son testament, Legacio lance un service en ligne "100% légal et avec la vérification d'un juriste". En quinze minutes, souhaits et volontés sont envoyés à un expert, qui prépare un modèle de testament. Ce service coûte 90 euros, "soit un quart du prix payé chez un notaire", vante la start-up. Un abonnement à 10 euros par an permet à l'internaute de modifier à volonté son testament. Legacio souligne que ce service est destiné aux "situations simples". Les cas plus complexes seront renvoyés vers un notaire ou un avocat.

TrustUp.be

La start-up liégeoise TrustUp.be va faire ses premiers pas en Flandre. Fondée en 2017 et mettant en relation des entrepreneurs du bâtiment et des particuliers, TrustUp.be a vu son chiffre d'affaires fortement augmenter, entre 2019 et 2020, et ses effectifs doubler pour atteindre 20 personnes début 2021, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Son premier bureau au nord du pays a été installé à Louvain. La start-up a profité du confinement pour développer de nouveaux produits adaptés aux besoins des professionnels du bâtiment, notamment un logiciel de devis et de facturation qui a pour mission de rendre la gestion de l'entreprise plus efficace. Aujourd'hui, la plateforme fondée par Sébastien Remacle attire quotidiennement plus de 3.000 visiteurs. En 2020, 30.000 demandes de particuliers ont été enregistrées. Du côté des professionnels du bâtiment, TrustUp.be vient de passer la barre symbolique des 1.000 clients payants.

Optimile

AG, Touring et BNP Paribas Fortis ont annoncé, cette semaine, avoir investi 8 millions d’euros dans Optimile. Cette scale-up gantoise de logiciel entre ainsi dans une nouvelle dimension dans le développement de services pour, d’une part, la recharge de voitures électriques via "Charging-as-a-service" (CaaS) et, d’autre part, la mobilité multimodale via "Mobility-as-a-Service" (MaaS). Avec l’accord politique du 18 mai sur l'incitation fiscale des voitures de société électriques, le gouvernement fédéral belge a donné le coup d’envoi de la transition du plein d’essence vers la recharge électrique. Optimile projette de doubler ses effectifs à court terme. La scale-up vise avant tout une forte croissance sur le marché "B2B". "Cette injection de capital de nos trois actionnaires confirme la confiance en Optimile et donne à notre équipe un enthousiasme supplémentaire pour miser encore davantage sur les développements les plus innovants", se félicite An De Pauw, CEO d'Optimile.