Juché à plusieurs mètres du sol dans une des boules de l’édifice le plus célèbre de Bruxelles, le restaurant de l’Atomium est en sursis. Placé en réorganisation judiciaire par le tribunal de commerce de Bruxelles, il doit trouver un repreneur. Visiblement, l’endroit mythique continue de séduire puisque plusieurs candidats se sont déjà manifestés.

Le monde de l’Horeca ne vit pas des heures de gloire. Les fermetures florissent et les affaires éphémères se comptent pas milliers. Néanmoins, quand une institution se retrouve en difficultés, c’est encore plus marquant. L’Atomium a abrité jadis une adresse célèbre « Adrienne » avant qu’Alexandre Masson tente de redorer le blason. Aujourd’hui, après plus de treize années, il doit malheureusement jeter l’éponge.

« C’est une situation très frustrante car, à l’heure actuelle, le restaurant est rentable, relate celui qui possède un bail commercial depuis 2006. Nous employons 25 personnes mais nous sommes rattrapés par des dettes du passé. Au départ, cela a vraiment bien fonctionné avant d’être frappé par la crise de 2008 et la désertion des touristes. Les attentats de 2015 ont été un second coup dur. Ajoutez-y un contrôle fiscal lourd pour lequel nous sommes toujours en litige et cela en est trop. »

Le juge délégué s’est donc lancé dans la chasse au repreneur. Celui-ci doit remplir de nombreuses conditions (argent, personnel,…) mais cela ne semble pas rebuter les candidats.

« Une vingtaine ont déjà été à la pèche aux renseignements. Je vais tout faire pour que l’Atomium soit pérennisé. L’endroit reste historique et attractif. Même si nous ne faisons pas tous les jours le plein, nous devons avoisiner les 150 clients par jour. »