On respire enfin chez Delta Air Lines. Lundi, la compagnie aérienne est formellement sortie du régime américain des faillites. Pour y parvenir, il lui aura fallu une lourde restructuration de 19 mois, qui lui a permis de boucler en avance son plan d'économies.

Troisième transporteur aérien des Etats-Unis et partenaire d'Air France au sein de l'alliance commerciale SkyTeam, Delta a également dévoilé un nouveau logo pour mieux marquer sa renaissance. "Aujourd'hui est un jour très particulier dans l'histoire de Delta", a déclaré le PDG Gerald Grinstein, lors d'un point presse organisé à Atlanta, siège de la compagnie. "Rien n'aurait été possible sans les efforts et les sacrifices consentis par nos employés", a ajouté le PDG, alors que les effectifs sont passés de 53000 en juin 2005 à 47000 environ en avril.

Delta, qui a accusé en 2006 une perte nette de 6,2 milliards de dollars, s'était placée mi-septembre 2005 sous la protection de la loi encadrant les faillites, dite "Chapitre 11". Cette option permet de se restructurer sous la supervision d'un juge des faillites et facilite la renégociation des dettes ou encore l'obtention de concessions salariales. Delta y avait recouru le même jour que Northwest Airlines, 4e compagnie aérienne du pays, sur fond de crise sans précédent du secteur après les attentats de septembre 2001 et la flambée des cours du brut augmentant la facture en carburant. Northwest prévoit une sortie du Chapitre 11 d'ici la fin juin.

Retour à la cotation

Durant ses mois difficiles, Delta a dû éconduire les avances d'US Airways, qui souhaitait fusionner avec elle, préférant s'en sortir seule en pariant sur les bénéfices de son plan de redressement. La direction a également dû faire face à des négociations difficiles avec certaines catégories de personnels pour obtenir des concessions salariales, pilotes en tête. Ces derniers ont menacé plusieurs fois de se mettre en grève, ce qui aurait été lourdement préjudiciable au groupe, mais ne sont jamais passés à l'acte. Au final, Delta a bouclé son plan d'économies avec un an d'avance sur son calendrier, avec au total 5 milliards de dollars d'économies sur la période 2002-2007. Près d'un milliard d'économies ont été réalisées via des concessions salariales. La dette a été réduite de 16,9 milliards en juin 2005 à 7,6 milliards fin mars dernier. Le groupe prévoit un retour à la cotation "début mai" à New York, avec l'émission d'actions nouvelles, sous le symbole "DAL". Delta a réduit sa perte à 130 millions au premier trimestre. (Belga)