Le ministre des Indépendants et des PME, Denis Ducarme, n’exclut pas des poursuites judiciaires et la saisie de l’Autorité de la Concurrence contre Uber Eats et Deliveroo.

Le ministre Denis Ducarme a décidé de saisir l’Inspection économique à l'encontre de Uber Eats et Deliveroo après avoir rencontré les représentants de la campagne #Savemyresto, un ensemble qui réunit des restaurateurs fâchés contre les plateformes Uber Eats et Deliveroo. Ceux-ci dénoncent des pratiques de marché jugées agressives opérées par les plateformes de livraison. En cause ? Ces entreprises américaines prendraient des commissions trop élevées par rapport aux services que les restaurateurs prestent et mettraient également en place des campagnes de promotion à charge des restaurants sans les concerter au préalable.

Des pratiques potentiellement illégales à la suite de la réforme du Code de droit économique intervenue en 2019. "Ceux qui abusent de leur position dominante trouveront la puissance publique sur leur chemin", a déclaré le ministre des Indépendants et des PME. "Je ne les laisserai pas fragiliser un Horeca déjà très impacté par la crise."

Outre les actions que pourront prendre ces restaurateurs, le ministre Denis Ducarme a saisi l’Inspection économique afin que celle-ci établisse si les pratiques d’Uber Eats et Deliveroo relèvent de pratiques agressives de marché interdites par le Code de droit économique.

Suite à la parution de cet article, l'entreprise Deliveroo a contacté la rédaction de La Libre pour faire part de sa réaction. "Chez Deliveroo nous sommes passionnés par le succès de nos restaurants. Le partenariat avec Deliveroo permet aux restaurants de développer leurs activités en attirant des clients qu'ils ne pourraient pas atteindre autrement. Deliveroo est un service complémentaire pour les restaurants qui leur permet d’augmenter les revenus et d’apporter de nouvelles opportunités commerciales. Cela a été vital pour les restaurants belges pendant la période de confinement et Deliveroo soutiendra les restaurants pendant la période de reprise, comme nous l'avons fait tout au long de la crise. Les commissions de Deliveroo couvrent des frais et sont réinvesties dans nos opérations, au profit des coursiers, des restaurants et des clients."