Le réchauffement climatique, la raréfaction des ressources, l'érosion de la biodiversité entrainent de lourdes conséquences sur notre environnement, notre économie et nos sociétés. Il faut agir!

La problématique est grave et les dangers bien réels mais, depuis quelques années, de nombreuses entreprises se développent, avec succès, sur base de "business models" fondés sur la durabilité.

Plus qu'une simple réponse, cette dynamique de performance environnementale fournit un cadre d'opportunité inédit à une économie, dopée à la croissance, qui souffre de ses propres excès.

Fort de quelques vingt années d'expérience en accompagnement d'entreprises dans les matières environnementales, le service 4ECO de l'UCM a intégralement conçu un cours en ligne, ou "mooc" ("massive open online course" en anglais), sur les principaux business models innovants mis en place dans les entreprises pour projeter de manière durable leur activité dans le futur.

Dans les différents modules de ce "mooc" sont détaillés et illustrés les modèles de l'économie circulaire, de l'éco-conception, de l'écologie industrielle et des circuits courts, de l'économie collaborative, de l'économie de la fonctionnalité et du management environnemental. Grâce à cette interface unique d'apprentissage, l'utilisateur peut bénéficier des clés pour l'implémentation de ces modèles dans son activité, existante ou en création.

Six modules, six modèles

L'entreprise peut directement agir entre ses murs, sur différentes pratiques organisationnelles en vue de réduire son impact environnemental. Surveiller et rationaliser ses consommations énergétiques, favoriser le tri sélectif et développer des filières de valorisation et de recyclage, mettre en place une politique efficiente d'achats durables; ce type d'actions internes désigne une première stratégie, qu'est le management environnemental.

En sortant de ses murs, une entreprise peut également opérer des choix stratégiques, destinés à réduire les impacts des différentes étapes du cycle de vie de son produit ou service : de l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie, en passant par les étapes de transport ou l'utilisation/consommation par les individus. C'est le but de l'éco-conception.

En considérant l'entreprise dans son écosystème, on peut observer différentes stratégies de relocalisation, comme le fait de miser sur un approvisionnement plus local, en évitant les émissions dues au transport. On favorise ainsi les circuits courts. L'entreprise peut aussi envisager de proposer ses flux, matériels et énergétiques, comme ressources ou matière première à des entreprises voisines, et inversement. On parle alors d'écologie industrielle.

Une entreprise peut encore choisir de faire évoluer son business model en proposant à la vente non plus un produit, mais l'usage qui en est fait. Par exemple, plutôt que de vendre une voiture, on propose un service "tout compris" de location au kilomètre. Cette transition de la logique de flux vers la logique d'usage porte le nom d'économie de la fonctionnalité.

De même, ne plus considérer le client comme une simple cible publicitaire mais comme un allié ou un partenaire permet de construire un modèle qui favorise son influence, voire son implication dans les activités stratégiques de l'entreprise. Cette inversion de la proposition unilatérale émanant de l'activité productrice caractérise l'économie collaborative.

Enfin, ces cinq modèles économiques durables contribuent ensemble à un concept plus large qui vise à réduire concrètement nos impacts sur l'environnement tout en garantissant une innovation fondée sur la valeur et l'utilité. Ce concept porte le nom d'économie circulaire, et englobe l'ensemble des pratiques abordées dans une optique de transition durable des activités économiques.

Les entrepreneurs intéressés par la participation à ce cours sont invités à contacter dès à présent la cellule éco-conception de l'UCM via eco-conception@ucm.be