Le gouvernement belge a fait des efforts, de petits efforts, pour tenter de faire acheter des voitures moins polluantes par les particuliers. En 2006, selon la Febiac (Fédération belge de l'industrie de l'automobile et du cycle), on n'aurait vendu que quelque 800 voitures hybrides sur... 526 000 véhicules au total.

Apparemment, il faudra donc en faire plus encore pour que les automobilistes belges optent volontiers pour ces véhicules. Et plus, certainement, que les 150 € de réduction d'impôts accordée aux particuliers depuis le 1er janvier de cette année à l'achat d'une voiture diesel disposant d'origine d'un filtre à particules. "Il faut dire que cette mesure déçoit notamment parce qu'elle n'est applicable qu'aux voitures émettant moins de 130 grammes de CO2 au km. Et que les voitures qui consomment plus produisent aussi plus de particules...", nous explique Nadine Atanassoff, conseillère économique à la Febiac. Soit une dizaine de modèles de cylindrée petite ou moyenne, "et seulement 1 400 véhicules sur base des ventes 2006".

Mais il y a un effort ? "Evidemment, mais on sait que nos voisins néerlandais ou allemands offrent une prime de 500 à 600 € pour l'achat de tels véhicules." Et chez nous, la réduction d'impôts n'est "récupérable" que deux après l'achat du véhicule...

Quid de l'impact des mesures existantes sur les voitures propres ? Ici, il faut rappeler que la loi prévoit une réduction d'impôts conséquente calculée sur le prix d'achat. A savoir, une réduction de 15 pc pour les véhicules produisant moins de 105 grammes de CO2 3 280 € (non indexé). La réduction d'impôts descend à 3 pc du prix d'achat plafonnée à 615 € pour les véhicules émettant entre 105 et 115 grammes de CO2 par km. "Une voiture achetée durant l'année de revenus 2006 sera indiquée dans la déclaration fiscale de l'année d'imposition 2007. Pour se faire une idée de la réduction que cela pourrait représenter après l'indexation, l'indice des prix pour l'année d'imposition 2007 va s'élever à 1,2783. A indexation constante, les réductions fiscales plafonnées de respectivement 615 et 3 280 € correspondraient à des montants indexés respectifs de 786 et 4 193 €", explique encore Nadine Atanassoff. De beaux montants pour les particuliers, certes, mais l'offre proposée au marché belge reste limitée. Pour ce qui concerne les modèles hybrides essence/électricité, on n'en compte que trois dans notre pays, et seule la Prius de Toyota (environ 500 ventes en 2006) donne droit à la réduction d'impôts, alors que le modèle Honda (une soixantaine de ventes en 2006) disponible, très évolué, dépasse de peu les normes d'émission.

Enfin, la Lexus 4X4 hybride (287 ventes en 2006) de grosse cylindrée ne passera jamais pour une voiture propre.

Et demain ? "On attend les modèles hybrides diesel, dans deux ou trois ans", conclut Nadine Atanassoff.

© La Libre Belgique 2007