Emplois

Le gouvernement wallon a présenté ce jeudi l’accord global au sujet de l’épineux dossier photovoltaïque. Avant l’arrivée du nouveau mécanisme baptisé "Qualiwatt", un système provisoire de soutien à la filière photovoltaïque va être mis en place. Francis Carnoy, le directeur de la Confédération wallonne de la construction, estime que ce soutien intermédiaire permettra au mieux de limiter les dégâts chez les installateurs de panneaux. "Le gouvernement va octroyer 1,5 certificat par MWh alors que nous en réclamions 2, explique-t-il. C’est maigre mais c’est mieux que rien. Ce régime transitoire va nous permettre de faire le gros dos mais il est certain qu’il y aura des pertes d’emplois parmi les installateurs. Aussi bien via du chômage économique que définitif. Les carnets de commandes ne sont d’ailleurs pas aussi remplis que ce que disent certains."

Le gouvernement a décidé

Francis Carnoy semble quelque peu se désolidariser des décisions prises par le gouvernement en ce qui concerne les installations photovoltaïques déjà en place. "Il est vrai que nous avons été consultés sur l’avenir du plan Solwatt mais c’est le gouvernement wallon qui a pris ses responsabilités, explique-t-il. On sait que l’avocat Luc Misson va défendre les intérêts de milliers de plaignants. Mais les juristes du gouvernement et les avocats des propriétaires de panneaux doivent maintenant s’arranger entre eux." Le secteur tient donc à faire savoir que ce n’est pas lui qui est responsable des modifications des règles du jeu en cours de route.

La confédération wallonne de la construction veut maintenant regarder de l’avant et attend avec impatience l’arrivée du nouveau mécanisme "Qualiwatt". "Toutes ces discussions autour du photovoltaïque ont fait du tort à la filière, note Francis Carnoy. Je suis heureux que le gouvernement ait confirmé sa volonté de soutenir le photovoltaïque et nous aspirons à un démarrage aussi rapide que possible de Qualiwatt".

Selon Francis Carnoy, les nouvelles contraintes, comme le contrat type ou les normes pour assurer la sécurité des pompiers pourraient, néanmoins entraîner des surcoûts dans le chef des installateurs de panneaux photovoltaïques.