Le ministre de l’Economie Johan Van Lanotte doit rire dans sa barbe : à peine a-t-il évoqué des "mesures" éventuelles à l’encontre des opérateurs télécoms mobiles jugés trop chers que Mobistar annonce une modification de sa grille de tarifs. Une modification qui ne porte pas sur les prix, stricto sensu, mais sur les conditions générales. Ainsi, comme l’a annoncé Jean-Marc Harion, le nouveau patron de Mobistar, la nouvelle grille, "le ‘new deal’qui lie Mobistar à ses clients mobiles est totalement revu. Il y a de l’illimité dans chaque type de tarif, une grande transparence dans les offres qui permet d’empêcher toute mauvaise surprise lors de la réception de la facture, la possibilité de résilier son abonnement sans frais à tout moment, de le modifier chaque mois en fonction de ses besoins, et de bénéficier d’un rabais de 20 % sur le tarif mensuel lorsqu’on souscrit l’abonnement pour un an". Les deux gros morceaux dans cette offre, c’est évidemment la fin des contrats de longue durée qui a toujours provoqué l’ire de Test-Achats, et puis les dispositions permettant aux utilisateurs de smartphones de limiter le risque d’une utilisation intempestive de l’accès Internet.

Présentant un tableau comparatif, le patron montre même que, quel que soit le type de tarif, Mobistar offre un petit "plus" par rapport à la concurrence. Une manière de faire réagir Belgacom ? Une fois encore, le ministre doit apprécier, sauf que l’offre de Mobistar joue plus sur les conditions que sur les prix. Et, en matière de simplification, il y a encore du travail à faire, comme l’explique le spécialiste du site Astel.be, Thomas Wallemacq, qui évoque des points positifs dans l’offre, mais aussi 14 nouveaux types d’abonnements. Des abonnements qui sont déclinés sous 4 bannières animales permettant aux clients de s’identifier selon une typologie simple et amusante (si on aime se comparer à un kangourou ou à un écureuil).

Quoi qu’il en soit, cela bouge dans le secteur. Qu’est-ce qui a poussé Mobistar à lancer cette nouvelle grille qui prendra effet au même moment que l’amélioration qualitative de l’offre Internet de Belgacom et celle du câblo-opérateur Voo ? Apparemment, cet effort de transparence découle de la mise en pratique d’une politique plus favorable aux utilisateurs, et il a été basé sur l’analyse d’une étude statistique portant sur 3 000 utilisateurs de mobiles en Belgique, tous opérateurs confondus. Une étude (voir infographie ci-dessus) qui a notamment confirmé le sentiment de crainte des utilisateurs de smartphones lorsqu’ils ouvrent leur facture mensuelle.

"Il y a beaucoup d’utilisateurs qui ne maîtrisent pas encore leur appareil ou qui en utilisent un qui a été mal configuré. Dès lors, lorsque des applications comme Facebook se connectent au réseau, cela débouche sur de mauvaises surprises", a expliqué Jean-Marc Harion. Ces clients-là seront satisfaits de l’offre nouvelle.