Le groupe bancaire franco-belge Dexia, renfloué fin septembre sur fonds publics, a annoncé jeudi une perte nette plus forte que prévu pour 2008, suite à de nouvelles dépréciations liées aux "incertitudes croissantes" sur le marché immobilier américain.

Dexia a perdu 3,326 milliards d'euros l'an passé, dont 2,6 milliards au quatrième trimestre, à comparer à un bénéfice annuel de 2,5 milliards et trimestriel de 587 millions d'euros en 2007. Fin janvier, le groupe disait attendre une perte nette annuelle de seulement 3 milliards d'euros. Mais Dexia a décidé de passer dans ses comptes du quatrième trimestre 300 millions d'euros de nouvelles dépréciations, sur son portefeuille de titres RMBS, adossés à des crédits hypothécaires résidentiels, aux Etats-Unis, selon son communiqué.

Dexia invoque "la dégradation continue du marché immobilier américain" et "le souci de retenir une approche prudente". Au total, la crise financière s'est soldée l'an passé par une perte nette de 5,868 milliards d'euros, dont 3,139 milliards pour la filiale américaine de rehaussement de crédit FSA, dont Dexia a annoncé la cession.

En outre, "au quatrième trimestre, la crise s'est fortement aggravée" avec "le fléchissement de l'économie, aux Etats-Unis en particulier, et l'accélération de la dislocation des marchés financiers", relève le communiqué. L'administrateur délégué, Pierre Mariani, a toutefois jugé que les résultats 2008 ne reflétaient pas seulement "une crise tout à fait exceptionnelle", mais aussi des "fragilités structurelles accumulées au cours des dernières années". "Ils portent en eux le coût de développements hasardeux, mal financés et tentés loin des bases et des métiers qui ont fait la force historique de la société", a-t-il reconnu. Néanmoins, "Dexia entend améliorer significativement son profil de risque à travers la mise en oeuvre de son plan de transformation", qui la "recentre sur des métiers de base qui ont prouvé leur résistance", a-t-il promis.

Outre la cession de FSA, Dexia a annoncé fin janvier la suppression d'environ 900 emplois en 2009 et la fermeture ou la réduction d'activités à l'international. "Dans un environnement toujours instable, la liquidité s'est graduellement améliorée depuis les difficultés rencontrées à la fin du mois de septembre et au début du mois d'octobre 2008", assure Dexia.