Proximus vient d'annoncer la décision de Dominique Leroy de quitter l'entreprise. Son mandat prendra fin le 1er décembre 2019, date à laquelle elle prendra les rênes du principal opérateur néerlandais, KPN.

Le conseil d’administration de Proximus annonce à contre-coeur le départ de Dominique Leroy, alors que "son leadership et ses efforts dans un marché particulièrement difficile" ont marqué son mandat de presque six ans. Proximus évoque une "nouvelle opportunité à l'étranger" au même moment où KPN, son homologue néerlandais, se félicite de l'entrée en fonction de la principale intéressée prévue en décembre prochain en tant que nouveau CEO.

Diplômée de Solvay en business engineering et trilingue, Dominique Leroy avait rejoint en 2011 Proximus (alors nommé Belgacom) après 24 années passées chez le géant Unilever.

Elle s'est exprimée personnellement à ce propos :


"KPN jouit d'une excellente réputation et d'une excellente équipe de direction. Je suis impatiente de travailler avec eux", a déclaré par voie de communiqué Dominique Leroy, afin d'aider l'opérateur de Rotterdam à devenir "un fournisseur de services de communication et de services numériques de premier plan, centré sur le client".

Dans les prochains mois, Dominique Leroy continuera d’assurer la gestion journalière de Proximus et de ses dossiers majeurs, notamment la finalisation du plan de transformation, annoncé au début de l’année.

Le conseil d'administration de l'opérateur belge a immédiatement entamé la procédure de sélection d’un nouveau CEO, sent-il bon de préciser dans son communiqué qui transpire le regret.

"Grâce à la stratégie Fit for Growth, Dominique Leroy a été capable d’assurer que Proximus puisse montrer des résultats en croissance pour les quatre dernières années, que ce soit en termes de revenus ou de bénéfices", insiste l'opérateur belge, rappelant que sa patronne démissionnaire a été l'artisan d'un "plan ambitieux de déploiement de la fibre optique de 3 milliards d'euros" et a récemment négocié un accord de partage de réseau d’accès mobile avec Orange afin d'accélérer le déploiement de la 5G.

Précisons enfin que Dominique Leroy bénéficiera chez KPN d'un package salarial comprenant 935.000 euros de rémunération de base par an auquel s'ajoutent les "régimes incitatifs" pratiqués par l'entreprise néerlandaise. Une assemblée extraordinaire des actionnaires doit encore être convoquée ultérieurement.