Les actionnaires éligibles, soit toute personne ayant détenu des Fortis Units (des actions Fortis) entre le 28 février 2007 et le 14 octobre 2008, devront encore patienter au moins 18 mois avant de percevoir une compensation, ont indiqué lundi lors d'une conférence de presse à Bruxelles Ageas et les associations de plaignants Deminor, Stichting FortisEffect, SICAF et VEB. Ageas avait annoncé dans la matinée être parvenu à un accord de 1,204 milliard d'euros avec les quatre associations pour régler les actions civiles. Les quatre associations ayant accepté l'accord représentent 25% des actions Fortis de l'époque et plus de 90% des actions concernées par un litige, soit un nombre suffisamment représentatif pour aller se présenter devant la justice, souligne Deminor.

Les compensations, qui représenteront selon VEB entre 10 et 15% de la perte encourue et dont les détails n'ont pas encore été dévoilés, seront réparties en fonction du type d'actionnaire. Ceux qui se joindraient seulement maintenant à l'accord et n'avaient donc pas entrepris d'action légale au préalable percevront moins, a expliqué Filip Coremans, CRO d'Ageas.

Le dossier va être déposé devant la cour d'appel d'Amsterdam, à laquelle les parties vont demander de déclarer la transaction liante pour tous les actionnaires éligibles, conformément à la loi néerlandaise sur le Règlement collectif d'actions collectives (WCAM).

Ageas a mis en place des canaux de communication supplémentaires, notamment un call center et le site forsettlement.com, afin que tous les actionnaires puissent être correctement informés de la procédure, souligne l'assureur.

D'ici quelques mois surviendra une période de désistement, lors de laquelle les actionnaires pourront éventuellement décider de sortir de l'action collective. L'accord sera annulé si le taux de désistement "acceptable", soit 5%, est dépassé, a annoncé M. Coremans.

"Un accord est forcément un compromis. Celui-ci est équilibré, nous allons donc conseiller à nos clients d'accepter", a commenté Charles Demoulin de Deminor.

Le CEO d'Ageas, Bart De Smet, a par ailleurs détaillé l'impact de l'accord pour l'assureur. Au final, celui-ci sera de 889 millions d'euros. Le dividende pour 2015, de 1,65 euro par action, n'est pas remis en cause.