Selon une information publiée vendredi soir par le quotidien néerlandais De Telegraaf, douze candidats ont manifesté leur intérêt pour racheter le groupe Blokker, mis en vente par la famille propriétaire du même nom en novembre.

Ces candidats, qui ont, pour six d’entre eux, fait une offre non contraignante, confirme lundi l'entreprise, seraient tous des fonds d’investissement privés connus pour restructurer lourdement les entreprises qu’ils rachètent.

Le journal, s’appuyant sur des sources anonymes cite les noms d’Aurelius, un fonds allemand, Nimbus, un groupe néerlandais qui a possédé des parts dans la confiserie belge Lutti, et H2 Equity Partners, spécialisé dans le rachat, pour 500 millions d’euros maximum, de moyennes entreprises du Benelux, d’Allemagne et de Grande-Bretagne.

Afin d’éviter que des coupes sombres soient faites dans les magasins vendus, la famille Blokker proposerait à l’acheteur un bonus de 250 millions d’euros, écrivent encore nos confrères néerlandais.

Pas de licenciement collectif possible en Belgique avant 2020

Blokker emploie 660 personnes en Belgique. Il exploite encore quelque 130 magasins dans notre pays (dont quatre outlets temporaires) et 430 aux Pays-Bas. Le CEO du groupe Blokker avait annoncé, fin de l’année dernière, qu’il n’y aurait pas de nouvelle restructuration au sein du groupe. La filiale belge est d’ailleurs protégée de toute procédure de licenciement collectif jusqu’à la mi-2020, grâce à une convention collective de travail signée avec les syndicats à la clôture de la procédure Renault de 2017. Elle avait conduit à la fermeture de 63 magasins et la suppression de plus de 230 emplois.

Le holding Blokker, fondé en 1973, est largement déficitaire depuis 2014. Entre les exercices 2016-2017 et 2017-2018, le chiffre d’affaires a chuté de 22 %, pour s’établir à 86,8 millions d’euros. Le bénéfice d’exploitation n’était que de 340  000 euros au dernier exercice.

Un plan commercial stratégique est actuellement mis en œuvre pour tenter de garder la tête hors de l’eau. Il comprend une transformation des magasins, avec l’intégration de trois mille nouveaux produits en rayons ainsi que la relocalisation ou la fermeture des boutiques non rentables.

La filiale belge financée pour un an

Le 24 janvier, le conseil des commissaires du holding néerlandais a validé la poursuite du financement et de l’approvisionnement en marchandises de Blokker Belgique pour un an. Le 14 février, un nouveau CEO, Geert Kampschöer, prenait ses fonctions au sein de la filiale belge.