Dans sa décision, la plus haute instance judiciaire américaine estime que l'usage du code Java par Google constitue un "usage légitime" en matière de propriété intellectuelle, mettant un terme retentissant à une saga portant sur des milliards de dollars de droits d'auteur.