EADS (European Aeronautic Defence and Space company) a affiché lundi un optimisme prudent pour 2005. Le groupe européen d'aéronautique et de défense a annoncé des résultats en forte hausse.

«Les résultats du premier trimestre confirment nos objectifs de croissance pour 2005» du résultat opérationnel (EBIT) et du chiffre d'affaires, ont assuré Philippe Camus et Rainer Hertrich, co-dirigeants sortants d'EADS, à l'occasion de la publication de ces résultats.

Le bénéfice opérationnel avant amortissements et éléments exceptionnels (EBIT) du groupe a plus que triplé à 657millions d'euros au premier trimestre 2005 contre 198millions l'an dernier, sur un chiffre d'affaires en hausse de 16pc à 7milliards d'euros. Le bénéfice net a été multiplié par six à 328millions d'euros.

Par comparaison, Boeing, le rival américain d'Airbus, a accusé un recul de 14pc de son bénéfice net au premier trimestre, en raison de charges exceptionnelles, mais aussi d'une baisse de 5pc de ses ventes dans l'aviation commerciale.

Les résultats d'EADS sont largement au-dessus des attentes des analystes qui tablaient sur un EBIT situé entre 410 et 535millions d'euros. EADS a bénéficié «d'un effet dollar très favorable au premier trimestre», en livrant des Airbus commandés quand la devise américaine était plus forte face à l'euro, a commenté un analyste.

Airbus, qui est contrôlé à 80pc par EADS et 20pc par le britannique BAE Systems, a enregistré un résultat opérationnel de 628millions d'euros au premier trimestre contre 224millions l'an dernier, soit l'écrasante majorité des bénéfices d'EADS. L'avionneur européen a livré 87 avions de ligne au premier trimestre contre 67 au premier trimestre de l'an dernier.

Le fait que EADS ne relève pas ses objectifs 2005 a déçu certains opérateurs. Le groupe s'est contenté de confirmer ses prévisions précédentes d'une croissance de 6pc de son EBIT à 2,6milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 33milliards d'euros. A la Bourse de Paris, le titre a gagné 0,18pc à 22,75euros, à la clôture. EADS était monté jusqu'à 23,19euros (+2pc) plus tôt dans la journée.

Les incertitudes entourant l'identité du futur président d'Airbus ont également contribué à empêcher le groupe de profiter davantage de ces bons résultats trimestriels. «La décision finale n'est pas prise, a indiqué le directeur financier, Hans Peter Ring. Les discussions continuent au conseil d'administration», a-t-il ajouté.

L'actuel PDG d'Airbus, Noël Forgeard, doit être intronisé mercredi à la co-présidence exécutive d'EADS lors de l'assemblée générale du groupe alors que son successeur à la tête de l'avionneur européen n'a toujours pas été désigné.

© La Libre Belgique 2005