Les règles du jeu semblent distribuées depuis quelques semaines entre les deux géants de la recherche en ligne : Microsoft avec Bing se lance dans le social tous azimuts, aidé par ses relations étroites avec Facebook et Twitter. Google, limité par le faible succès de son réseau Google +, se tourne vers d’autres voies d’innovation et intègre de plus en plus de sémantique dans ses résultats. Le géant de Mountain View a annoncé le déploiement de sa toute nouvelle innovation, baptisée "The Knowledge Graph", que l’on pourrait traduire par "Le Graphe du Savoir". Ce nouvel algorithme dont le déploiement s’étendra sur plusieurs mois repose sur les principes du web sémantique, c’est-à-dire la capacité pour le moteur de recherche d’interpréter le sens des requêtes lancées par l’internaute dans un langage naturel (sous forme de questions, par exemple) et de proposer des réponses plus complètes grâce à sa capacité d’établir des liens entre les concepts, les entités ou les personnes.

Du point de vue de l’utilisateur, le Knowledge Graph permet principalement d’éviter les problèmes d’homonymie en proposant plusieurs options en cas de doute, il offre également dès la page de résultats un petit résumé des faits les plus importants liés à la recherche ainsi que des informations connexes. Enfin, le Knowledge Graph propose davantage de sérendipité - le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence -, notamment grâce à une fonction indiquant les requêtes associées effectuées par d’autres internautes, puisant pour ce faire dans des milliards de données "open source" pour alimenter ces réponses. Google a également pensé aux utilisateurs de tablettes et de smartphones (Android et iOS) en concoctant une version qui s’adapte à la taille d’écran de ce genre d’appareils, pour une utilisation plus intuitive.Benoît Octave @benoitoctave