Dans un communiqué aussi succinct que quelque peu inattendu, le ministre de l'Energie, Paul Magnette (PS), a annoncé hier matin qu'il "se réjouit de l'aboutissement des discussions ayant rendu possible le versement d'un montant de 250 millions d'euros au budget de l'Etat" . Cette contribution vise les producteurs d'électricité disposant d'énergie nucléaire et se justifie par l'amortissement accéléré des centrales nucléaires en Belgique. C'est essentiellement le groupe Electrabel (filiale de Suez) qui est visé avec une part de 240 millions, contre 10 millions pour SPE.

Le montant perçu pourrait servir à financer un fonds pour soutenir des investissements dans les énergies renouvelables et des investissements économiseurs d'énergie. C'est à Paul Magnette qu'il reviendra de fixer l'affectation de l'argent.

Egalement par voix de communiqué, Electrabel a confirmé que "des principes visant à une contribution globale de 250 millions d'euros au budget de l'Etat pour l'exercice 2008 ont été élaborés" , tout en précisant que "ces principes doivent être précisés" . Et d'ajouter que "pour les exercices budgétaires ultérieurs, aucune disposition n'a été examinée" . Une phrase qui contredit les propos de Paul Magnette qui parle de "prélèvement récurrent" (lire ci-dessous).

Lien explicite

La réaction la plus rapide est venue hier d'Ecolo qui s'interroge "sur le statut exact de cette promesse de versement" . Rappelant que dans la note budgétaire approuvée par le Conseil des Ministres, il était clairement indiqué que "concernant les centrales nucléaires, il y aura une concertation pour prélever un montant de 250 millions d'euros", les Verts voient "un lien explicite entre la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires et le versement par les électriciens d'une somme de 250 millions d'euros" . Et de demander au ministre de confirmer, comme il l'a dit, qu'il n'y a pas de lien entre les deux dossiers "en rendant publics les termes de la convention négociée" .

Le SP.A a, lui, jugé lundi le montant de 250 millions d'euros trop peu élevé. Le député Bruno Tobback a fait remarquer que les 250 millions d'euros sont prévus pour la seule année 2008 alors que Paul Magnette s'était encore engagé la semaine dernière au Parlement sur un montant annuel.

Ce qui paraît en tout cas évident c'est que la contribution qui sera payée par Electrabel est directement liée aux discussions que mène le groupe franco-belge avec le gouvernement dans le cadre de la fusion entre Suez et Gaz de France (GDF).

Grand marchandage

Samedi soir, on apprenait que Suez était entré en négociation exclusive avec le groupe italien ENI - qui était le candidat favori du gouvernement belge - pour la vente de sa participation de 57 pc dans Distrigaz. La veille, ce même gouvernement suspendait la décision de la Creg, le régulateur fédéral, sur la baisse des tarifs de transit qui aurait pu amputer la valeur de Distrigaz dont les communes belges sont aussi actionnaires à un peu plus de 30 pc.

Reste encore le dossier Fluxys. On sait que les communes belges, qui en sont actionnaires via Publigaz, veulent augmenter leur participation. Mais la société Fluxys n'a pas seulement le monopole du transport de gaz en Belgique, elle est aussi l'actionnaire du terminal de Zeebrugge que Suez n'est pas prêt de lâcher. Le grand marchandage énergétique n'est donc pas terminé. Avec uniquement des gagnants à l'arrivée ?