En début de semaine, Thierry Saegeman, le patron des activités nucléaires, a adressé une vidéo à l’attention de son personnel. Il y déclare qu’il va dorénavant focaliser toutes ses ressources sur la préparation de la fermeture des sept centrales nucléaires. Selon lui, le gouvernement ne lui laisse pas le choix : Electrabel ne peut attendre novembre 2021 pour savoir si, oui ou non, Doel 4 et Tihange 3 seront finalement prolongés.

Cette vidéo ressemble furieusement à un coup de pression envers le gouvernement, afin qu’il fasse un choix plus rapidement. En fin de vidéo, Thierry Saegeman a d’ailleurs laissé la porte ouverte à une éventuelle prolongation de dernière minute de Doel 4 et Tihange 3.

À l’issue du conseil d’entreprise, les choses ne sont donc pas plus claires. “Ce qu’il se passe est assez nébuleux, explique Romain Wijckmans, secrétaire fédéral francophone de Gazelco. La direction a annoncé qu’elle allait peut-être poursuivre certains investissements liés à la prolongation. Pour être prêts si le gouvernement devait finalement prolonger Doel 4 et Tihange 3”.

Du côté de Gazelco, on s’interroge sur l’utilité de ce “double discours”. “Electrabel a peut-être voulu mettre la pression sur le gouvernement afin qu’il prenne une décision plus rapidement sur la prolongation, explique Romain Wijckmans. Autre hypothèse : il pourrait maintenant se montrer rassurant avec le personnel pour éviter une fuite du personnel qualifié. Même après l’arrêt des réacteurs, il faudra du personnel maison pour gérer l’uranium”.