Eli Lilly à l'arrêt

Entreprises & Start-up

BELGA

Publié le

Eli Lilly à l'arrêt
© TANGUY JOCKMANS

Un piquet de grève est installé depuis ce mercredi matin à l'entrée du centre de recherches du groupe pharmaceutique Eli Lilly, à Mont-Saint-Guibert (Brabant wallon).

L'entreprise est à l'arrêt et le personnel est devant les grilles pour protester contre les propositions de plan social de la direction.

Lors d'une assemblée générale prévue à 9 heures, les représentants du personnel ont annoncé que le dialogue était rompu pour l'instant.

La direction d'Eli Lilly a annoncé en juin qu'elle avait l'intention de fermer complètement ce centre de recherches de Mont-Saint-Guibert, où travaillent 330 personnes. La phase d'information prévue par la loi Renault n'a pas permis de dégager des alternatives.

Il est prévu de transférer une trentaine de personnes au siège bruxellois de la société américaine, pour des activités de vente et de marketing notamment. Aucun chercheur par contre n'est repris et 300 personnes vont être licenciées progressivement jusqu'en juillet 2007. Les négociations sur le plan social ont débouché mardi sur une proposition d'indemnisation du personnel faite par la direction, mais rejetée par 237 voix contre six, lors d'une assemblée générale qui s'est tenue mardi. Les représentants syndicaux SETCA et CNE ont fait part de ce refus massif à la direction, mais celle-ci n'a pas souhaité reprendre les négociations. D'où l'installation d'un piquet de grève mercredi matin, empêchant toute entrée dans le centre de recherches.

"Le personnel estime qu'il a droit à un peu plus de considération de la part de la direction que ce qui se traduit dans les propositions qui ont été avancées. Il faut savoir qu'Eli Lilly est une société pharmaceutique qui n'a aucun problème financier et n'en aura pas avant 2013 puisque aucune de ses licences ne vient à échéance avant ce terme. Les licenciements et la fermeture du site de Mont-Saint-Guibert sont donc uniquement justifiés par la recherche d'un profit encore plus grand", indique le délégué CNE Fabrice Lagneau.

Le blocage du centre de recherches devrait se poursuivre toute la journée et les syndicats réfléchissent en front commun à d'autres actions, à mener à l'extérieur de l'entreprise cette fois, dans les jours à venir.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous