EMI a annoncé jeudi qu'il abandonnait son projet de fusion avec Warner Music (WMG) à la suite d'une récente décision des autorités de régulation qui annule une précédente opération de fusion dans le secteur de la musique. Cette transaction aurait pu donner naissance au numéro deux mondial du secteur de la musique, derrière Universal Music Group, filiale du français Vivendi.

"Le conseil d'administration d'EMI a décidé de ne pas poursuivre son projet d'alliance avec Warner Music pour l'instant", a déclaré le groupe dans un communiqué de presse. "Le conseil d'administration réexaminera sa position en fonction des événements futurs", a précisé EMI. L'action EMI a chuté de 4,1% en réaction à cette annonce. A 9h47, le titre perdait 3,9%, à 251,5 pence.

EMI et son rival américain Warner se sont engagés dans une série d'offres et de contre-offres d'achat ces deux derniers mois, après l'offre initiale de 4,2 milliards de dollars faite par Warner pour acquérir EMI. Quatre propositions différentes ont été lancées ces six dernières semaines, toutes rejetées.

Cependant, le tribunal de première instance de l'Union européenne a décidé à la mi-juillet qu'on ne pouvait exclure que la fusion, en 2004, entre les filiales musique de Sony et Bertelsmann ait enfreint la réglementation antitrust européenne, ce qui a soulevé des incertitudes sur la capacité du projet EMI/Warner à obtenir l'aval des autorités de régulation.