L'ACV (pendant flamand de la CSC) qualifie de "doux-amer", après une première analyse, l'accord de gouvernement flamand. 

Dans les domaines de l'emploi, du bien-être, de l'enseignement et de l'économie, le syndicat chrétien souligne des mesures positives. L'accord est cependant "très décevant" sur les plans de la lutte contre la pauvreté, l'intégration, la mobilité et le climat. La baisse des droits d'enregistrement, qui fait suite à la suppression du bonus logement, sont autant "d'occasions manquées", pointe l'ACV jeudi.

L'ACV émet d'emblée des réserves car les chiffres du budget ne sont pas encore disponibles. "La vigilance reste donc de mise." Le "job bonus" et d'autres mesures dans le domaine de l'emploi sont par contre accueillies favorablement, même si le syndicat considère que les travaux d'intérêt communautaire pour les chômeurs de longue durée est "le plus gros faux-pas"

Selon l'ACV, cette mesure ne renforcera effectivement pas les compétences des personnes au chômage. "Pour les soins de santé et le bien-être, les moyens supplémentaires annoncés sont une bonne chose mais les ambitions budgétaires sont "insuffisantes pour mettre effectivement fin aux listes d'attente". 

Le syndicat chrétien se montre impitoyable quant au volet de lutte contre la pauvreté. "Pour lutter de manière structurelle, l'activation de l'emploi est plus efficace qu'une tape dans le dos ou un doigt accusateur. L'intégration est également rendue plus difficile", estime l'ACV.